789 millions d'euros : le jackpot des radars en 2015

Publié par le 27 mai 2016

Chaque année, le rapport de la cour des comptes fait le bilan des radars et l'on peut déjà dire que 2015 a été un bon cru, voire excellent car l'Etat n'a jamais gagné autant à contrôler la vitesse. Mais cette efficacité, 789 millions d'euros (en hausse de 6,6 %), ne semble pas en mesure de rendre les routes plus sûres car la mortalité est repartie à la hausse (+2,4 %) avec 3464 décès en 2015.

789 millions d'euros : le jackpot des radars en 2015

L'argument de la sécurité avait déjà du mal à se justifier - rappelons-nous qu'en 2003 lors de l'installation des premiers radars les revenus générés étaient censés financer des travaux d'amélioration du réseau routier, travaux qui pour la plupart n'ont jamais débuté alors que le nombre de cabines explosait - avec près de 800 millions d'euros rapportés l'an dernier on ne peut décemment plus parler de sécurité. D'autant que les chiffres liés aux radars, dont le nombre est resté stable (environ 4200 appareils répartis sur le territoire), donnent le tournis :

  • 38 %, la hausse des revenus générés par les radars depuis 2009
  • 164 000, c'est le revenu moyen généré par un seul radar en une année
  • 20,24 millions, le nombre de flashs enregistrés en 2015 (20,37 millions en 2014)
  • 138 624, le nombre de flashs enregistrés par le radar le plus efficace de France situé sur l'A8 au niveau des Adrets de l'Esterel (dep.83)
  • 13,31 millions, le nombre de procès verbaux pour excès de vitesse dressés en 2015

Malgré la baisse du nombre de flashs, l'augmentation des revenus générés s'explique par deux facteurs, un meilleur taux de « conversion » des clichés en contraventions (66 % contre 44 % il y a dix ans) et la possibilité de verbaliser davantage les conducteurs (notamment les Allemands et Néerlandais) qui représenteraient un véhicule flashé sur cinq.

La vitesse excessive est-elle sanctionnée par mon assurance ?

Contrairement à l'alcool ou les stupéfiants, un excès de vitesse ne fait pas partie des exclusions des contrats d'assurance auto. Autrement dit, si vous provoquez un accident alors que vous étiez en excès de vitesse, les dommages (corporels et matériels) causés à un tiers seront bien entendu pris en charge, mais vos propres dommages (corporels et matériels) seront également acquis dans la mesure où votre contrat le prévoit.

Les conséquences d'un excès de vitesse sur votre assurance auront généralement lieu après indemnisation du sinistre. En effet, si vous êtes responsable de l'accident, vous aurez certainement à payer une franchise et à subir un malus. De plus, si votre excès de vitesse entraîne une suspension ou une annulation du permis, vous serez tenu d'en avertir votre assureur qui aura la possibilité d'appliquer une surprime ou même de résilier le contrat s'il estime le risque trop important à couvrir.