Collision avec un animal sauvage : les demandes d'indemnisation explosent

Publié par le 26 juillet 2010 Collision avec un animal sauvage : les demandes d'indemnisation explosent

Les collisions avec des animaux sauvages ont explosé depuis une vingtaine d'années, en France, indique le Fonds de garantie automobile (FGA), organisme chargé d'indemniser les conducteurs en cas d'accident provoqué par un animal sauvage. Dans le seul département de l'Oise,  l'augmentation est de 56 % par rapport à 2008, avec près de 1 000 collisions (932 exactement). Un chiffre qui ne tient pourtant compte que des accidents déclarés.

Au palmarès des animaux le plus souvent à l'origine d'une collision, vient en premier le sanglier (40 % des accidents), suivi du chevreuil (36 %) et du cerf (8 %), puis les autres animaux sauvages (blaireau, renards, etc.).

Meilleure connaissance du dispositif d'indemnisation

Plus que la prolifération des animaux sauvages, le FGAO explique cette explosion des collisions par le fait que « les automobilistes ont une bien meilleure connaissance du dispositif d'indemnisation, et sont donc de plus en plus nombreux à faire valoir leurs droits. Aujourd'hui, ils n'hésitent plus à déclarer un accident, alors qu'auparavant, beaucoup y renonçaient, estimant que le jeu n'en valait pas la chandelle. »

En outre, depuis 2007 et la suppression de la franchise de 300 euros retenus sur l'indemnisation des dommages matériels, les automobilistes peuvent être beaucoup mieux remboursés. « Si vous êtes assuré tous risques, vous êtes couvert par votre assurance auto et le Fonds vous rembourse la franchise », explique-t-on encore au FGA. Si vous êtes assurés « au tiers », c'est le Fonds de Garantie qui indemnise vos dommages matériels et corporels.

Dans tous les cas, veillez à ce que votre dossier puisse nous parvenir dans les 6 mois qui suivent l'accident.