Anne Hildalgo poursuit sa croisade contre l’automobile

Publié par le 9 janvier 2017

La Maire de Paris Anne Hidalgo annonce de nouvelles mesures de restriction de circulation dans Paris, une initiative supplémentaire qui s'inscrit comme une étape pour reconquérir l'espace public. Pour la maire socialiste, l'urgence environnementale justifie ces mesures, à la veille de l'application des vignettes anti-pollution.

Anne Hildalgo poursuit sa croisade contre l’automobile

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Anne Hidalgo détaille les mesures de transformation visant à réduire de moitié la présence de véhicules polluants à Paris.
Parmi ces annonces, la mise en service d'un tram-bus électrique sur la rive droite de la Seine, le "tramway olympique", en remplacement de la ligne 72 de la RATP. Or, avec la fermeture des berges rive droite à la circulation, c'est donc une deuxième file qui s'annonce encombrée sur un axe fortement fréquenté.
Au niveau de la rue Rivoli, entre la Concorde et la rue des Pyramides, la rue présentera un double sens (deux files contre une dans l'autre sens), ceci en faveur d'une piste cyclable, à laquelle s'additionnera une autre sur les Champs-Élysées.
Au niveau de la poursuite de la piétonisation du centre-ville, c'est la place du Carrousel qui deviendra entièrement dédiée aux piétons. En ligne de mire, une diminution drastique du trafic automobile, avec un accès privilégié aux voitures des riverains, de livraison et de police.


Cliquez ici pour comparer les assurances auto

Vignettes Crit-Air : J-7

Cette nouvelle annonce précède la mise en service des "éco-vignettes" qui seront apposées dès le 16 janvier 2017 sur les véhicules circulant dans la ville de Paris (à suivre dans d'autres agglomérations).
Le principe se calque sur les normes européennes de pollution (voir carte grise), lesquelles déterminent les limites de rejets polluants pour les catégories de véhicules en commercialisation dans l'UE.
A chaque catégorie, est attribuée une vignette colorée distincte (6 au total), en fonction de la date de première immatriculation du véhicule et de sa motorisation (essence ou diesel).
Facturées 4,30 € et disponibles sur le site www.certificat-air.gouv.fr, ces vignettes serviront notamment à désigner quelles voitures pourront et ne pourront pas rouler pendant les pics de pollution. Selon le Ministère de l'environnement, déjà 1,4 million de vignettes ont été commandées.