Assurance auto : Que faire si je percute un animal ?

Publié par le 22 octobre 2015

Nous sommes actuellement en pleine période de chasse dans quasiment toutes les régions. Et s'il est possible de croiser des chasseurs en bord de route (ils sont plus de 1,2 million en France), il se peut aussi que les battues poussent certains animaux à la traverser. Que faire si un sanglier ou un chevreuil vous coupe la route ? Et si vous percutez l'animal ? Qu'en est-il de l'assurance et de la loi ?

Assurance auto : Que faire si je percute un animal ?

Un animal au milieu de la route : que faire ?

Chaque année, on dénombre entre 30 000 et 40 000 collisions entre un véhicule et un animal sauvage. Et le risque est d'autant plus fort en période de chasse. Il vous faudra donc adapter votre allure dans les zones forestières notamment. Si vous parvenez à éviter l'accident mais que l'animal reste au milieu de votre chemin, ralentissez et attendez qu'il s'en aille. Surtout ne sortez pas de votre véhicule. S'il s'agit d'une mère suivie de ses petits ou d'un animal blessé, vous seriez en danger.
Si vous ne pouvez pas l'éviter et que l'accident survient, vous devez immédiatement prévenir la gendarmerie de la présence d'un animal blessé ou mort sur la voie publique. Vous avez ensuite 5 jours pour déclarer le sinistre à votre assureur. Ce dernier dépêchera un expert auquel il faudra pouvoir présenter les preuves de la collision. Petits conseils, prenez des photos et ne lavez pas votre voiture.


Quelle indemnisation par mon assurance ?

Si vous possédez une assurance tous risques, vous serez indemnisé des dommages causés au véhicule. Une formule au tiers, en revanche, ne prendra rien en charge. Pour ce qui est des éventuels dommages corporels, ceux de vos passagers seront systématiquement pris en charge, peu importe le contrat souscrit. Ceux de l'assuré, vous en l'occurrence, ne seront indemnisés que s'il a opté pour une garantie dommages corporels optionnelle.
Notons par ailleurs que votre assurance considèrera qu'une collision avec un animal équivaut à un incident avec un tiers non-identifié. Une franchise vous sera donc appliquée (montant inscrit au contrat) et vous ne pourrez pas demander son remboursement par le Fonds de Garantie. Et côté malus, il vous faudra prouver que l'animal a surgi si soudainement que vous n'avez pas pu l'éviter. Le caractère d'urgence de la situation vous évitera le malus. Cependant, si vous évitez la bête mais que vous terminez votre course dans le fossé ou dans un arbre, vous n'échapperez pas au malus.

Pour en savoir plus sur les autres garanties d'une formule tous risques : voir l'article

Et si vous l'emportiez ?

Si la collision a provoqué la mort de l'animal, vous pourriez être tenté de l'emporter. La loi dit qu'un animal de petite taille, tel un lapin, renard, canard... doit être laissé sur place. En revanche, pour une espèce non protégée de plus de 40 kg type sanglier ou chevreuil, vous pouvez l'emporter. La seule condition, prévenir la gendarmerie afin de ne pas être accusé de braconnage.