La conduite accompagnée plus tôt pour moins d’accidents

Publié par le 1 avril 2014

Le Gouvernement étudie la possibilité de passer l'âge de la conduite accompagnée à 15 ans, au lieu de 16, comme le préconise le Conseil national de la sécurité routière (CNSR). Cette réforme du permis de conduire vise à réduire le nombre de deux-roues motorisés qu'affectionnent tant les adolescents qui n'ont pas la possibilité de passer le permis, faute d'avoir l'âge adéquat ou les finances nécessaires.

La conduite accompagnée plus tôt pour moins d’accidents

La conduite accompagnée en trois ans

Le CNSR souhaiterait autoriser le passage du permis de conduire accompagnée à 15 ans. L'âge légal du permis de conduire restera à 18 ans cependant. La réforme offrira aux élèves conducteurs un an d'apprentissage de plus pour réaliser 4 000 kilomètres au total, supervisés. A partir de 3 500 km, le jeune conducteur se sent d'ailleurs vraiment plus à l'aise au volant, d'après le CNSR, même si l'origine de ce chiffre reste mystérieuse.

A noter que ce système s'est révélé assez efficace en Suède avec moins 20 % d'accidents chez les jeunes conducteurs Suédois.

Le rapport avec les deux roues ?

La réforme a été étudiée pour diminuer le taux de deux-roues motorisés, véhicules privilégiés des 14-18 ans. Par cette mesure, le CNSR sous-entend que les 14-18 ans roulent en scooters car ils sont trop jeunes pour passer le permis de conduire.

Pour les 14-18 ans, l'achat d'un scooter symbolise l'accès à l'indépendance avant l'heure, à l'image du permis de conduire. Cependant, la conduite accompagnée est par définition surveillée. C'est conduire avec un adulte responsable qui possède plus de 3 ans de permis. C'est très généralement un parent et donc en antithèse avec le principe du scooter. De plus, si un adolescent peut s'offrir un scooter, les coûts de possession d'une voiture sont beaucoup plus élevés et la rendent peu accessible.

Les accidents de scooters sont la première cause de mortalité des jeunes sur la route. Ils sont responsables de 40% des tués et 54% des blessés dans cette tranche d'âge, ce qui représente 179 morts et un peu en dessous de 10 000 blessés en 2012.

Cette modification du permis de conduire peut efficacement diminuer le taux d'accidents chez les jeunes conducteurs ayants bénéficié de la conduite accompagnée mais le rapport avec les deux roues reste abstrait. La solution pour réduire l'accidentalité de ceux-ci est ailleurs, peut-être dans la sensibilisation de ces jeunes aux dangers de la route ?