Développement des dashcams : conduisez, vous êtes filmé

Publié par le 16 février 2015

Il est fréquent de retrouver sur Internet des images issues de dashcam. Imaginées afin de lutter contre les fraudes à l'assurance, ces cameras intégrées aux véhicules se démocratisent et rendent nos automobiles d'autant plus connectées. Que ce soit dans un cadre informatif ou divertissant, le phénomène dashcam n'a pas fini de faire parler de lui.

Le phénomène dashcam a pris de l'ampleur suite aux vidéos d'accidents spectaculaires et autres situations insolites sur la route, postés sur Internet. Il a, entre autres, permis de visionner la chute d'une météorite en Russie ou de filmer dernièrement le crash d'un avion en plein Taïwan. Un véritable paradoxe quand on sait que l'objectif de ces cameras est surtout préventif.

En effet, la dashcam se lance automatiquement lorsque vous démarrez votre voiture et enregistre tout ce qui se passe autour de vous. En France, en cas d'accident, ces cameras intégrées peuvent être très utiles pour les compagnies d'assurance. Les images enregistrées permettent de trancher en cas de litiges. Il est même conseillé de laisser la caméra tourner la nuit, en cas d'effraction.

Les dashcams ont également été adopté par les policiers, les pompiers, les urgentistes, et même certains taxis où un pictogramme indique aux passagers qu'ils sont filmés.

Pour Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, ce dispositif est amené à s'imposer à l'avenir : "C'est extrêmement positif en terme de sécurité routière, c'est bon en terme de responsabilisation». Se sachant filmé, le conducteur aura donc plus tendance à être attentif au volant."

Un concept qui n'a plus de frontières

Le concept dashcam a largement dépassé les frontières de la Russie, le plus gros fournisseur d'images sur la toile. Aux États-Unis, la plupart des constructeurs proposent cet équipement ne option désormais. Au Royaume-Uni, les ventes ont augmenté de 918% durant les douze derniers mois selon l'institut GfK. En effet, certaines assurances offrent une remise pouvant atteindre 12,5% en cas d'installation d'une dashcam.

Pourtant, tous les pays européens ne pratiquent pas la même législation et on souligne qu'en Espagne et au Portugal, une autorisation est nécessaire. En Grèce, vous risquez une forte amende si vous êtes équipés d'une dashcam.

La France est également touchée par ce phénomène. Selon l'UFC-Que Choisir, le nombre de dashcam est passé de 28 000 en 2011 à 370 000 en 2014 ; un chiffre rendu possible par la baisse de prix du matériel : à partir de 40 € en entrée de gamme et jusqu'à plus de 300 € pour les équipements les plus performants (150 € en moyenne). Son usage est autorisé tant que la visibilité du conducteur n'est pas compromise et que son utilisateur ne partage pas d'images de tiers sans autorisation de leur part.

A la pointe de la technologie

Le phénomène dashcam profite également des toutes dernières technologies. En effet, Le fabricant français Parrot vient d'annoncer la sortie d'un nouvel autoradio à dashcam intégrée. Ses capteurs seront capables d'analyser toutes les données de la voiture, de son environnement ainsi que de son conducteur. Le nouvel assistant de la marque Coyote sera équipé d'un GPS, d'un accéléromètre et d'une caméra. En cas d'accident, il indiquera dans la vidéo l'heure, le lieu, et votre vitesse. Plus déconcertant encore, certaines dashcams pourront filmer devant et derrière, ainsi qu'en infrarouge tout en gardant un œil sur le conducteur. De là à organiser sa propre surveillance, il n'y a qu'un pas…