Qui se cache derrière les comparateurs d'assurances?

Qui se cache derrière les comparateurs d'assurances?

Publié par le 5 juin 2010

Assurland, le comparateur d'assurance leader du marché, est détenu à 80% par le groupe d'assureurs mutualiste Covéa et a prévu de s'introduire en Bourse pour gagner en indépendance. Hyperassur, lui, passe sous le contrôle de l'assureur-vie Alico France.

L'heure est aux grandes manoeuvres dans l'univers des comparateurs d'assurances. Très pratiques, ces sites Internet classent, à la demande d'un internaute, les propositions d'assurances selon les tarifs. Leur audience ne cesse d'augmenter : ils ont gagné 28% en un an, contre 21% pour les sites des assureurs eux mêmes, selon l'observatoire de l'e-assurance (La Tribune du 3 juin 2010).
Leur credo est de permettre à l'internaute de réaliser jusqu'à 40% d'économies sur son contrat d'assurance. Leur rémunération provient des assureurs qui paie la mise en relation avec les clients potentiels, qu'ils souscrivent finalement le contrat ou non.

Assurland va entrer en Bourse

Le premier comparateur, créé début 2000, revendique 80% de parts de marché. Il a apporté 300.000 affaires en 2009 aux 50 assureurs présents sur son site et compte plus de 3 millions de visiteurs uniques par mois.
Il est détenu à 80% par le groupe mutualiste Covéa (composé de Maaf, MMA et GMF). Mais il a annoncé en avril son intention d'entrer en Bourse.
"Notre modèle économique exige une gestion indépendante, et ne présente pas de synergies particulières avec notre actionnaire principal. Covéa a fait une belle opération financière avec Assurland, mais sa prédominance au capital pose des questions, et son désengagement progressif est la meilleure façon d'y répondre", indiquait alors le fondateur et administrateur d'Assurland Stanislas di Vittorio (lire La Tribune du 23 avril 2010).
D'ici la fin de l'année, entre 25 et 50% du capital du comparateur devrait être introduit en Bourse au sein du compartiment B de l'Eurolist aux côtés d'autres valeurs Internet comme les sites Meetic ou Seloger.com.

Hyperassur passe sous le contrôle de l'assureur Alico

A l'inverse, le site Hyperassur créé en 2007 vient d'annoncer l'acquisition d'une majorité de son capital par l'assureur-vie Alico France (filiale d'Alico, lui même partie du groupe américain AIG). Le directeur général d'Alico France, Joël Farré, affirme que l'assureur "ne fera pas d'ingérence dans la gestion opérationnelle d'Hyperassur" et ajoute que "il n'y aura pas de favoritisme pour Alico" (lire l'interview de Joël Farré ci-dessous).
Pour sa part, Tanguy Thévenet, co-fondateur et directeur des opérations d'Hyperassur estime que "ce rapprochement avec Alico va nous permettre de franchir un palier en termes d'exposition média et de viser plus de 2 millions de visites et 100.000 prospects par mois envoyés à nos partenaires assureurs d'ici fin 2011".
Hyperassur accueille actuellement 700.000 visiteurs uniques par mois et enregistre en moyenne un peu plus de 30.000 prospects par mois.

Une concurrence accrue entre comparateurs

Les capacités d'investissements en publicité qui sont la clé de la notoriété vont certainement faire la différence entre les différents sites de comparateurs d'assurances qui se multiplient dont Assuremieux.com ou Kelassur.com.
Ils ont, début janvier, assisté à l'ouverture remarquée d'un nouveau venu, Lelynx.fr. Sa particularité est d'être filiale de Confused.com, lui même filiale de l'assureur Admiral et leader des comparateurs d'assurances auto en Grande Bretagne, où il a révolutionné le marché.
Désormais, la moitié des contrats d'assurance auto britanniques sont générés par l'intermédiaire d'un site comparatif contre seulement 5% en France. Confused a généré à lui seul un million de contrats auto en 2008. Il parie sur la transposition de son modèle en France.

Interview : Joël Farré, directeur général d'Alico France

Un comparateur d'assurances peut-il être impartial s'il est la propriété d'un assureur ?

Alico ne fera pas d'ingérence pas dans la gestion opérationnelle d'Hyperassur. D'ailleurs l'essentiel du trafic vient des assurances de masse comme l'auto, l'habitation ou la santé. Nous n'avons pas vocation à intervenir sur ces marchés. Nous sommes un assureur de niche. Nous avons bien conscience que l'indépendance est au coeur du positionnement des comparateurs.

Alico n'est-il pas présent sur le site Hyperassur.com ?

Si, mais uniquement en assurance de prêt. Sur ce marché de l'assurance emprunteur nous sommes l'un des principaux acteurs. Mais il n'y aura aucun favoritisme pour Alico.

Pourquoi avez-vous décidé d'acquérir la majorité du capital d'Hyperassur ?

La croissance externe sur des nouveaux métiers du courtage et des services est l'un de nos axes de développement. Or Hyperassur.com nous permet d'acquérir une expertise en web marketing qui va compléter notre savoir-faire en marketing direct. De plus, nous croyons que le marché des comparateurs va exploser dans les cinq prochaines années et que du point de vue financier ce sera une opération rentable.

Qu'allez vous apporter à Hyperassur ?

Pour installer une marque et générer du trafic, il faut investir fortement. Alico va aider Hyperassur à gagner en notoriété en investissant en publicité dans la presse et à la télévision.

Vous êtes prêt à y consacrer des budgets importants, quitte à sacrifer la rentabilité ?

Nous savons que cela ne sera pas rentable à court terme mais en l'occurrence nous sommes un investisseur de long terme. La rentabilité interviendra plutôt à un horizon de 5 ans. Notre ambition est qu'Hyperassur fasse partie des deux ou trois grands acteurs du marché.