Diesel : vers une "prime à la casse" spéciale ?

Publié par le 5 mars 2013

Les échappements de voiture, et notamment les particules fines projetées par les véhicules à moteurs diesel font partie des éléments les plus polluants en France, et provoquent de nombreux risques de cancer.

Diesel : vers une

Pas de prime à la casse, mais une prime de conversion

Le gouvernement cherche alors des solutions pour réduire l'impact du diesel sur notre santé et celle de la planète. Après avoir proposé une augmentation des taxes sur le gazole pour s'aligner avec l'essence, l'Etat songerait à la mise en place d'une prime à la casse spécialement dédiée au diesel qui permettrait de supprimer au fur et à mesure la majorité des véhicules les plus polluants en France. Cette prime à la casse pourrait permettre aux consommateurs d'acheter une voiture essence moins polluante.
Appelée la « prime de conversion », elle devrait s'appliquer aux voitures diesel de plus de 12 ans (ce qui représente actuellement 27% du parc automobile français) soit environ 7 millions de voitures.

Une décision difficile à prendre

Pour le moment, la mise en place de cette taxe n'en est qu'au stade de projet. Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, et Delphine Batho, Ministre de l'Écologie, ne se sont pas encore décidés. Et pour cause : difficile de trouver un compromis entre respect de l'environnement et dynamisme industriel du secteur automobile français. Les constructeurs automobiles français, spécialistes des voitures diesel, ont déjà connu une chute de leurs ventes ces derniers mois et pourraient se voir davantage fragilisés par une telle mesure.  La question du financement se pose également : Delphine Batho souhaiterait augmenter les taxes sur le gazole, idée à laquelle s'oppose Arnaud Montebourg. Reste donc à trouver la bonne formule permettant le fonctionnement et l'efficacité de cette prime à la casse.