Essai auto - Renault Scénic 4 : Evolution de l'espèce

Publié par le 12 septembre 2016

Voilà 20 ans (1ère génération en 1996) que le Renault Scénic règne sur le segment des monospaces compacts, un segment qu'il a presque inventé d'ailleurs. Mais tout comme son grand frère l'Espace, il doit faire face au succès dévastateur des SUV. Alors pour durer au sommet du marché, le Scénic se réinvente visuellement, mais sans perdre ses fondamentaux. 



    LES Titre
  • Style novateur
  • Aspects pratiques
  • Confort préservé
    LES Titre
  • Caractère 130 ch essence
  • Haut de gamme obligé
  • Détails de finition

Titre Présentation

Face à des crossovers au look disons-le plus aguicheur et aux prestations familiales pas forcément en retrait, les monospaces n'ont cessé de perdre du terrain ces dernières années.
En leader des ventes et référence, le Scénic sonne la charge à l'occasion de la quatrième mouture.
Mais pas facile de se renouveler quand on a connu les fastes du début des années 2000 où tout le monde voulait son monospace, alors qu'aujourd'hui ce serait plutôt l'inverse.

Moins radicale que sur l'Espace, la transformation visuelle passe par une garde au sol rehaussée, une nouvelle tension dans les lignes (très belle découpe des vitres latérales) et surtout une face avant pleine de caractère qui tranche avec le regard « mou » des précédentes générations.

Et même si la silhouette mono-volume fait son retour, deux détails frappent sur ce Scénic 4 : une peinture bi-ton, une petite coquetterie à 600 € qui apporte un certain cachet au véhicule, et surtout ces jantes 20 pouces. Cette monte inédite sur un monospace fait sensation côté style, mais provoque quelques inquiétudes, sur le comportement notamment comme nous le verrons plus tard, mais aussi coté porte-monnaie.
Sur ce dernier point, Renault affirme avoir maintenu son prix au niveau des 17 pouces du Scénic 3 grâce à un accord avec les fabricants de pneumatiques.


Titre Vie à Bord

Grâce à des dimensions un peu réajustées (+ 4 cm en longueur soit 4,40 m au total, et + 3 cm d'empattement) le nouveau Scénic parvient à maintenir une très belle habitabilité et son coffre progresse de quelques litres (+36 L).
Sans vraiment distancer les SUV de la catégorie, ni ses concurrents directs comme le Citroën C4 Picasso ou la Volkswagen Sportsvan, le monospace au losange demeure quand même une familiale dans laquelle il fait bon vivre. D'ailleurs, la disparition des trois sièges indépendants au profit d'une banquette 2/3-1/3 n'entame en rien son sens de l'accueil. La dite banquette coulisse et se rabat en libérant un espace de chargement plat.

L'habitacle est lumineux, même si le mobilier est austère, et fourmille de rangements et d'astuces pratiques (tablettes pour les enfants, boite à gants tiroir, accoudoir central coulissant).
Pour une fois, le conducuteur n'est pas remisé au simple rang de transporteur de troupes. La position de conduite se rapproche plus que jamais de celle d'une berline, l'instrumentation revient derrière le volant et toutes les commandes sont regroupées sur la console centrale en même temps que le levier de vitesses. La planche de bord est un quasi copié-collé de la dernière Mégane, on y retrouve donc un bel effort de finition, mais surtout la tablette tactile R-Link 2, véritable tour de contrôle de la voiture.
Dommage que pour en profiter en série, tout comme les dernières technologies Renault (sélecteur de modes de conduite Multi-Sense, projecteurs full-Leds, modularité avancée), il faille en passer par la finition haut de gamme Intens.

L'assurance d'un Renault Scénic 2016 TCe 130*

  • Titre à partir de 201 €/an avec EuroAssurance
  • Titre à partir de 254 €/an avec L'Olivier assurance auto
  • Titre à partir de 290 €/an avec A comme assure

Toutes les assurances pour Renault Scénic : Comparer les offres

Titre Sur la route

Qu'on se le dise, le nouveau Scénic reste pour le moment une auto à savourer en version diesel. Pas moins de quatre moteurs dCi sont proposés, de 95 à 160 ch, alors que les amateurs d'essence (majoritaires désormais chez les particuliers) doivent se contenter du 1.2 TCe dans ses déclinaisons 115 et 130 ch.

C'est pourtant ce dernier qu'il nous a été donné d'essayer et qui, selon nous, correspond peut-être le plus à l'utilisation d'une grande partie de la clientèle : un faible kilométrage annuel et une majorité de déplacements en zone urbaine. Première mauvaise nouvelle, pas de boîte automatique, ce qui on le sait représente un vrai confort au quotidien.
Deuxième source de déception, la petite forme du TCe 130 avec des reprises qui manquent de convictions. Il nous avait semblé plus alerte dans la Mégane - 130 kg plus légère il est vrai - et les rapports de boîtes ne paraissaient pas aussi longs. Son silence de fonctionnement demeure très appréciable mais son agrément n'est pas au niveau de la concurrence, le PureTech 130 ch Citroën par exemple. Et attention aux consommations qui peuvent facilement dépasser les 8,0 L/100 km.

Si nous sommes durs avec la mécanique, c'est que le Scénic mérite mieux en raison d'un châssis particulièrement soigné. Sans atteindre l'agilité d'une Mégane, il a gagné en précision c'est indéniable - à ce jeu privilégiez le mode sport du MultiSense qui offre une direction aux petits oignons - et maitrise mieux son roulis.
Et le confort dans tout ça, une qualité historique du Scénic ? Les jantes 20 pouces n'en font-elles pas un tape-cul ? Les habitués du modèle le trouveront certainement plus ferme, mais c'est le prix à payer pour obtenir un comportement plus dynamique. Et qui dit ferme ne dit pas automatiquement inconfortable, le Scénic 2016 produit tout simplement le bon compromis. Enfin, grâce à ses caractéristiques (flancs hauts, bande de roulement étroite) la monte pneumatique ne joue pas un rôle déterminant dans cette nouvelle orientation.


Le mot de la fin sur le nouveau Renault Scénic

On attend toujours des références qu'elles montrent la voie à suivre. Difficile encore à dire si le nouveau Scénic 4 a choisi la bonne route, seule le marché le dira, mais nous ne sommes pas inquiets. Sa capacité à se renouveler, tout en conservant les qualités qui ont fait son succès (habitabilité, praticité, confort), démontre une belle maturité. Ne reste plus qu'à opérer une petit remaniement dans la gamme (équipements, + de motorisations essence) et Renault n'aura pas trop à se soucier de la concurrence.

Fiche technique Renault Scénic TCe 130

  • Carrosserie : monospace
  • Dimensions L/l/h : 4406/1866/1653 mm
  • Poids : 1430 kg
  • Coffre : 506 L
  • Motorisation : 4 cylindres turbo essence
  • Cylindrée : 1198 cm3
  • Puissance/Couple : 130 ch / 205 Nm
  • Boîte de vitesses : manuelle 6 rapports
  • Performances : 190 km/h - 11''4 au à 100 km/h
  • Consommation mixte (constructeur) : 5,8 L/100 km
  • Rejets CO2 : 129 g/km (neutre)
  • Puissance fiscale : 7 CV
  • Prix : à partir de 26 500 € (finition Zen)

*Conducteur 40 ans, 20 ans de permis, 50 % de bonus, trajet privé-travail, province

images constructeur