La garantie bris de glace : ce qu'il faut savoir

Publié par Laura Da Silva le 31 mai 2012

Votre contrat d'assurance, qu'il soit « au tiers » ou « tous risques », contient le plus souvent une garantie bris de glace. Cette garantie est importante car une fissure est très vite arrivée. Alors que faire lorsqu'une pierre venue du camion juste devant vous vient percuter votre pare-brise et vous gratifie d'un joli éclat ?

La garantie bris de glace : ce qu'il faut savoir

Ignorer cet éclat, lorsqu'il ne s'agit pas d'un petit impact, n'est pas la solution car cela fragilise votre pare-brise ou toute autre surface vitrée. La fissure se crée alors d'autant plus vite. Il est donc important de vous rapprocher de votre assureur pour voir avec lui quel est le réparateur agréé le plus proche pour faciliter la procédure de remboursement. En effet, les assurances payent directement le réparateur, ne vous laissant qu'à vous acquitter de la franchise dans la plupart des cas.

Une bonne assurance, c'est d'abord un montant de franchise correct

Suivant les assureurs, le montant de la franchise peut varier. Une franchise élevée peut s'expliquer par l'étendue de la couverture de la garantie bris de glace à certains éléments du véhicule. Une couverture classique comprendra le pare-brise, la lunette arrière, les feux et les clignotants. Cependant ces éléments ne sont pas toujours assurés de la même manière.

Pour savoir quels éléments vitrés sont assurés, le plus simple reste encore de vérifier minutieusement votre contrat d'assurance. On comprendra que le montant de la franchise variera selon le nombre d'éléments vitrés couverts : rétroviseurs, vitres latérales, toit ouvrant...

Assurance tous risques, assurance intermédiaire ou assurance au tiers ?

Une assurance « au tiers » ne contiendra pas cette garantie contrairement à l'assurance « tous risques » ou à une assurance avec une formule intermédiaire. L'assurance « au tiers » n'est donc pas suffisante pour bénéficier de cette garantie. La formule intermédiaire en revanche se définit comme une assurance « au tiers » étendue qui inclue la garantie responsabilité civile et de nombreuses variantes en termes de garanties selon les assureurs (bris de glace, vol, incendie…).

Vous devez surtout examiner les parties vitrées qui sont couvertes par votre garantie. Le toit ouvrant, les phares avant et arrière, les ampoules, les feux de croisement et de signalisation, sont rarement inclus dans la garantie bris de glace de base. Si par chance il est indiqué dans votre contrat que tout élément vitré est pris en charge, alors vous n'aurez aucun souci pour vous faire rembourser, quel que soit l'élément concerné.

Les exclusions de la garantie bris de glace

Attention, comme pour toute règle il existe des exceptions. Certains cas ne sont pas pris en charge par la garantie bris de glace. La casse lors d'actes de vandalisme ou dans le cadre d'un vol en sont des exemples. En effet, ces deux cas de figure déclenchent la garantie « vandalisme » ou « vol ». Ces deux types de garanties impliquent souvent des franchises beaucoup plus élevées, et atteignent  parfois le montant des réparations. Il est donc important d'entretenir de bons échanges avec votre assureur afin d'avoir les informations les plus claires possibles quant à votre contrat d'assurance auto.

Déclaration d'un bris de glace : marche à suivre pour se faire indemniser

Si le mieux est de déclarer votre bris de glace sans attendre, vous disposez en réalité de cinq jours ouvrés pour réaliser cette démarche. Vérifiez que votre contrat comporte bien la garantie bris de glace et que le sinistre est exclusif. Autrement dit, il ne doit pas y avoir d'autres types de dégâts sur votre voiture que le bris de glace en question.

Certains assureurs peuvent vous demander d'avancer les frais de réparation : cela peut être ennuyeux car compte tenu de la technologie qu'il y a à l'intérieur même du pare-brise, les réparations sont de plus en plus coûteuses. Les réparateurs de pare-brise ont donc conclu dans la plupart des cas des accords avec les assureurs automobiles. Sachez malgré tout que si les assurances payent plutôt facilement aujourd'hui, c'est qu'il s'agit en réalité d'une mutualisation du risque « bris de glace ».

Enfin, si la déclaration d'un bris de glace n'a aucune incidence sur le calcul de votre bonus-malus, la déclaration de plusieurs sinistres de cette catégorie au cours de l'année peut amener votre assureur à revoir à la hausse le calcul de votre cotisation. Restez donc vigilant.