Jeune conducteur : choisir entre conducteur secondaire et conducteur occasionnel ?

Publié par le 10 juin 2016 Jeune conducteur : choisir entre conducteur secondaire et conducteur occasionnel ?

Question de Yves, 49 ans, assuré auto, Sault (84)

Pour ma fille c'est l'année du bac et du permis. Elle conduira ma voiture mais est-ce que je dois l'inscrire en tant que conducteur secondaire ou occasionnel ? Je vais devoir payer plus cher ?


Chaque année on dénombre environ 1,3 millions de candidats au permis et 80 % d'entre eux sont de jeunes adultes dont les parents n'ont pas toujours les moyens de leur offrir une voiture. D'autant qu'assurer sa première voiture revient cher car les jeunes conducteurs sont considérés comme des profils à risques par les assureurs. Ces derniers leur appliquent une surprime de 100 % la première année (soit deux fois le tarif de base), 50 % la deuxième année puis 25 % la troisième (les surprimes sont divisées par deux en cas de conduite accompagnée).

La majorité des parents choisit alors de prêter le volant du véhicule familial à leur enfant. Il s'agit d'une solution plus économique, mais attention à bien faire la différence entre conducteur secondaire et conducteur occasionnel.

Le statut du conducteur secondaire

Le conducteur secondaire figure au contrat d'assurance, en cela il est officiellement autorisé à prendre le volant de façon régulière. Il bénéficie des mêmes garanties que le conducteur principal. Attention, chaque contrat interprète de façon différente la notion de conducteur secondaire, mais tous s'accordent pour dire que le conducteur principal doit être celui qui effectue la majorité du kilométrage. Une fausse déclaration peut coûter très cher dans ce cas-là.
Pour inscrire un conducteur secondaire qui est un novice, votre assurance vous demandera généralement une petite participation supplémentaire. Ce surcoût apparaît très modeste en comparaison du prix d'une assurance pour jeune permis. Précisons aussi qu'en cas d'accident responsable, la franchise demandée ne subira pas de majoration.
Autre avantage, votre enfant va pouvoir ouvrir son compteur de bonus, c'est à dire que le jour où il voudra assurer un véhicule à son nom son expérience sera validée par un relevé d'information qui précisera son niveau de bonus. Le seul petit hic de cette solution c'est que si votre enfant ne peut profiter de votre niveau de bonus en devenant le conducteur secondaire, s'il cause un accident il se verra appliquer un malus et vous avec. D'où l'importance de le responsabiliser.

Le statut du conducteur occasionnel

On ne peut pas vraiment parler de statut de conducteur occasionnel, ce dernier ne figure pas au contrat, et certains assureurs mentionnent simplement le « prêt du volant ». En revanche, tous précisent son caractère exceptionnel. Autrement dit, si vous décidez de ne pas ajouter votre enfant au contrat, ce dernier pourra prendre le volant mais jamais de façon régulière.
Attention, certains contrats excluent carrément le prêt du volant à une tierce personne, surtout si c'est un jeune conducteur, ou bien prévoient une majoration conséquente de la franchise en cas de sinistre responsable. Et dans ce cas-là le malus est appliqué au conducteur principal, vous en l'occurrence.Par ailleurs, le conducteur secondaire ne peut profiter d'un quelconque bonus, son expérience de la route ne sera donc pas validée par un relevé d'information. En conséquence, le jour où votre enfant souhaitera assurer un véhicule à son nom il sera toujours considéré comme un jeune conducteur.