L'éthylotest anti démarrage bientôt étendu sur toute la France

Publié par le 20 mars 2017

Testé dans depuis le 1er décembre 2016 dans la Drôme, la Marne et le Nord, l'éthylotest antidémarrage (EAD) pourrait être généralisé à partir de 2019. Ce dispositif, obligatoire sur les bus et autocars depuis le 1er septembre 2015, empêche le démarrage du véhicule en cas de consommation excessive d'alcool.

L'éthylotest anti démarrage bientôt étendu sur toute la France

La part des accidents de la route dus à l'alcool stagne aux environs de 30 % depuis plusieurs années. Afin de lutter contre ce fléau de l'alcool au volant, la Prévention routière propose de généraliser l'éthylomètre antidémarrage à tout le pays après analyse du bilan des trois zones de tests. Cette installation pourrait être progressive en visant d'abord les conducteurs qui ont été sanctionnés pour alcoolémie positive entraînant une suspension ou une annulation du permis de conduire.
Les conducteurs concernés qui installeraient un EAD (à leurs frais) et suivraient un suivi médico-psychologique pourraient ainsi se voir délivrer un permis temporaire. Cette disposition est déjà présente dans la loi « Justice du XXIe siècle », mais réservée aux seuls juges qui ne l'ont utilisée que 25 fois depuis 2011.
Expérimenté en Haute-Savoie dans le cadre judiciaire, l'EAD a révélé des résultats encourageants avec un taux de récidive de seulement 2 % au lieu des 10 % habituellement constatés.

Cliquez ici pour comparer les assurances auto

L'éventuelle généralisation de l'éthylotest antidémarrage se heurte toutefois à deux problèmes. L'un est le coût de l'EAD qui est en moyenne de 1 200 € ou peut être loué pour 100 €/mois. L'autre est le manque de centres spécialisés dans l'installation de ce dispositif. Alors que les installateurs d'EAD pour les bus et autocars dépassent les 400, les ateliers dédiés aux voitures sont 10 fois moins nombreux.
Cet aspect intervient d'ailleurs dans le nombre réduit d'obligations d'EAD, nombreux étant les départements sans installateur. Inciter d'une manière ou d'une autre les centres actuels à s'équiper du matériel nécessaire à la pose des EAD sur les voitures est une piste étudiée par le gouvernement. Plus de précisions seront données lors de la publication du bilan des trois zones en cours d'évaluation.