Le stationnement ne rapporte pas assez. Ça va changer !

Publié par le 9 février 2017

La Cour des comptes vient de publier son rapport annuel, lequel pointe un taux de paiement des places de stationnement en chute libre, à seulement 35 % pour l'année 2016. De manière générale, les contrôles ne sont plus suffisants ni dissuasifs, notamment à Paris où seulement 9 % des usagers daignent utiliser l'horodateur. Une situation inédite à la veille d'une réforme d'envergure, prévue pour 2018.

Le stationnement ne rapporte pas assez. Ça va changer !

Dans son dernier rapport publié, la Cour des Comptes consacre un volet sur le taux de paiement du stationnement urbain. Constat principal : seuls 35 % des automobilistes paient leur place de stationnement. En comparaison, l'Espagne atteint un taux dépassant 90 %.
La Cour des comptes explique ce mauvais résultat par l'absence de contrôles en raison des menaces terroristes, mobilisant les agents sur d'autres terrains, mais aussi en raison de la période électorale, d'où une baisse des PV. Conséquence directe : un faible taux de paiement des places de stationnement. La France est un cas unique.
En effet, ses voisins affichent des taux bien plus élevés de paiement : la Belgique à 80 % et la Grande-Bretagne entre 85 et 90 %, juste avant l'Espagne. Le rapport indique aussi que le tarif de stationnement sur la voirie est généralement inférieur aux tarifs des parkings.


Cliquez ici pour comparer les assurances auto

Dès janvier 2018, la réforme sur le stationnement entrera en vigueur en France, permettant aux villes de décider directement du prix des amendes. Pour la ville de Paris, ce tarif passera de 17 euros à 50 euros au centre, 35 euros pour le périphérique.
La réforme comprendra un autre élément important : la délégation de verbalisation auprès d'entreprises sélectionnées, en remplacement des agents et policiers municipaux, jusque-là les seuls habilités à sanctionner les contrevenants.