Permis de conduire : ce qu’il faut savoir sur les aides de Pôle emploi

Publié par le 9 juillet 2015

Le permis de conduire permet souvent à des demandeurs d'emploi de trouver du travail. Pour cette raison, le Pôle emploi peut apporter son aide dans le financement d'une formation à la conduite de plus en plus coûteuse. On vous dit tout sur les démarches à entreprendre.  

Permis de conduire : ce qu’il faut savoir sur les aides de Pôle emploi

Pour bénéficier de l'aide au permis de conduire, il faut être âgé d'au moins 18 ans et être inscrit sur la liste des demandeurs d'emploi depuis au moins 6 mois. Des dérogations sont possibles, notamment en cas de promesse d'embauche (CDI, CDD, ou contrat d'intérim d'au moins 3 mois).

Votre conseiller Pôle emploi doit constater que l'absence de permis de conduire constitue pour vous un obstacle dans votre retour à l'emploi. Egalement si vous ne pouvez pas bénéficier d'autres dispositifs de soutien de la part d'organismes publics ou privés. L'aide au permis de Pôle emploi n'est attribuée qu'une seule fois, pour une formation complète (code + conduite) et pour une seule présentation à l'examen.

Comment la demander ?

L'aide au permis de conduire se demande un mois après l'inscription en auto-école. Il faut remplir un formulaire dédié (référence 303), joindre un devis détaillé, ainsi que le RIB de l'auto-école. Il est possible de choisir l'auto-école de son choix que Pôle emploi validera par la suite. Sauf motif exceptionnel, elle doit se situer dans votre région.

Pour financer votre permis de conduire, Pôle emploi vous aide à hauteur de 1200 €. Cette somme est versée en plusieurs fois, 400 € à chaque étape :

  • après présentation de l'attestation d'inscription et de suivi de l'apprentissage
  • après présentation d'un justificatif de succès à l'examen du code de la route
  • après présentation d'un justificatif d'obtention du permis (ou de 2 participations à l'examen pratique).

Cette aide du Pôle emploi varie en fonction des régions et dans la limite du budget disponible.

Des aides à la mobilité

Il est possible de cumuler plusieurs aides afin de financer son permis de conduire. Certains Conseils Généraux proposent des financements pour les jeunes entre 16 et 24 ans. Ils attribuent des sommes qui varient entre 500 et 900 € en fonction de la situation familiale. Une partie des frais est alors prise en charge par la ville, en échange d'activités bénévoles (40 à 50 heures).

Outre le permis à 1€ par jour (prêt à taux zéro), les jeunes en difficulté financières et/ou en insertion peuvent également bénéficier du Fonds d'aide aux jeunes (FAJ). Le montant de cette aide peut s'élever jusqu'à 1 000 € pour les personnes dont le projet de formation nécessite un permis de conduire.

Enfin, l'association de gestion des fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) permet aux personnes à mobilité réduite de passer le permis pour obtenir ou conserver leur emploi. Une aide qui peut s'élever à hauteur de 1300€ pour un permis aménagé.

Une fois titulaire du permis de conduire, vous serez alors en période probatoire, pour en savoir plus : lire l'article