Permis de conduire : des heures en plus pour les jeunes conducteurs

Publié par le 27 mai 2015

Le Conseil National de la Sécurité Routière a imaginé deux nouvelles mesures pour sensibiliser les jeunes conducteurs sur leurs comportements : des heures de formations supplémentaires et un permis qui va se durcir pour une tranche d'âge (16-25 ans) considérée comme la plus à risques (19,5% de morts en 2014). Pourtant, ces mesures ne semblent pas vraiment satisfaire les acteurs de la prévention routière. 

Permis de conduire : des heures en plus pour les jeunes conducteurs

Pour enrayer le taux de mortalité chez les jeunes, le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) a présenté des mesures qui encadrent l'obtention du permis de conduire.
Sa volonté est d'effectuer un meilleur suivi des jeunes en instaurant des heures de cours théoriques avant et après l'obtention du permis. En effet, en plus des heures de formations traditionnelles, les candidats devront suivre des ateliers collectifs (5 ateliers d'1h15) afin d'aborder les comportements dangereux (alcool, drogue, vitesse) et la formation aux premiers secours. Toute absence ou échec reviendrait à annuler le permis.
Deux séances de conduites (3h15) auront lieu avant l'obtention définitive (passage de 6 à 12 points). Ils permettront d'évaluer et de corriger les défauts d'un jeune conducteur.
Si elles sont adoptées, ces mesures seront applicables à partir de Juin 2016. 
 
TOUCHE PAS À MA FACTURE

Des heures de cours en plus, pour prévenir et assurer la sécurité de nos jeunes conducteurs. Cette idée est loin de faire l'unanimité auprès des associations d'automobilistes.
En effet, Pierre Chasseray, délégué général de l'association « 40 millions d'automobilistes » souligne que « les formateurs devront être payés de leurs heures de travail supplémentaires et au bout du compte, ce sont les candidats qui auront à en supporter la facture ». En France, le prix du permis est en moyenne de 1600 €. Il peut monter jusqu'à 3000€ pour ceux qui échouent lors de leur premier passage. Pourtant, les auto-écoles se sont engagées à ne pas augmenter les prix.
Ces mesures ont déjà porté leurs fruits puisque le taux de mortalité a baissé de 30% chez les jeunes dans des pays qui les appliquent déjà comme l'Autriche et la Finlande.