Pneus hiver : vraiment utiles ? Nos conseils de conduite sur la neige

Publié par le 18 janvier 2017

En cette période de froid intense, et à l'approche des vacances d'hiver, la question de l'installation de pneus hiver revient une fois de plus à l'esprit des automobilistes. Sont-ils vraiment utiles ? Quel budget pour monter des pneus hiver sur sa voiture ? Quelques bons réflexes de conduite ne sont-ils pas suffisants ? Eléments de réponse. 

Pneus hiver : vraiment utiles ? Nos conseils de conduite sur la neige

Les pneus hiver, comme chaque année l'automobiliste français préfère attendre le dernier moment - les premières chutes de neige, voire trois jours avant son départ pour les stations de ski - pour envisager leur installation. C'est déjà trop tard ! Si vous prenez la route des cimes d'ici quelques jours mieux vaut investir dans une paire de chaines. Elles sont généralement difficiles à monter, et obligent à rouler au pas, mais elles permettent de ne pas rester bloqué au bord de la route.


Quand faut-il monter les pneus hiver ?

Equiper sa voiture avec des pneus hiver, c'est fin octobre-début novembre qu'il faut y penser, quand les températures baissent. En effet, la baisse du mercure doit être l'élément déclencheur car la gomme des pneumatiques hivernaux délivre tout son potentiel en-dessous de 7°C.
Les pneus classiques, dits « été », présentent une gomme qui durcit à mesure que la température baisse alors que celle des pneus hiver reste souple malgré le froid et garantit ainsi un bon niveau d'adhérence.
Il y a ensuite la structure du pneu qui joue un rôle majeur. Le pneu hiver dispose d'une bande de roulement davantage rainurée que le pneu été et ses rainures sont plus profondes. Il évacue ainsi une plus grande quantité de neige et d'eau. Autre particularité du pneu hiver, ses lamelles (des micros rainures horizontales) qui agissent comme des ventouses pour « accrocher » la chaussée.
Le pneu hiver offre donc un niveau d'adhérence supérieur qui permet de maintenir le pouvoir directionnel (les roues avant réagissent bien aux actions sur le volant) ainsi que la stabilité du véhicule (l'avant et l'arrière de la voiture suivent bien la même direction).
Tout cela est bien sûr valable quand on équipe sa voiture avec 4 pneus hiver. Les installer seulement sur les deux roues motrices n'est pas une bonne idée. Si l'on possède une traction (roues avant motrices), l'arrière toujours équipé en pneus été risque de se dérober sur chaussée glissante. Et si l'on conduit une propulsion (roues arrière motrices), la direction pourrait être inopérante en raison des pneus été restés sur l'avant.
Précisons aussi que ceux qui pensent être à l'abri parce qu'ils ont un 4x4 ou un modèle muni de quatre roues motrices se trompent. Mal chaussés, ces véhicules ne sont pas plus efficaces sur route enneigée et leur poids plus élevé peut être un handicap.


Combien ça coute les pneus hiver ?

Et si je ne vais pas à la montagne, pourquoi investir dans des pneus hiver ? C'est vrai, toutes les régions ne connaissent pas d'épisodes neigeux. Mais comme nous l'avons dit plus haut, le pneu hiver offre une meilleure adhérence quand les températures baissent et il évacue mieux l'eau.
En effet, le terme pneus neige peut vous induire en erreur car le pneumatique à profil hivernal n'est pas utile seulement sur la neige et ne garantit pas uniquement une bonne adhérence. Son autre qualité majeure se révèle au freinage : distance réduite de 25 % sur route mouillée par rapport à un pneu standard / 50 % sur route enneigée.
Certains lui reprochent son niveau sonore légèrement plus élevé et parfois cet effet « paillasson » dans la direction en raison des lamelles, mais c'est un vrai plus en matière de sécurité.
Et côté budget le pneu hiver peut être un atout. La différence de prix entre pneus hiver et pneus été n'est plus aussi évidente qu'avant, au maximum 20 %.
Pour une monte classique (exemple : 205/55 R16 sur une berline compacte), le prix par pneu hiver se situe entre 40 € pour les marques d'entrée de gamme et 80 € chez un manufacturier premium. Il faut penser qu'en alternant deux fois par an pneus hiver et pneus été - en octobre et en mars par exemple - on peut conserver les deux montes plus longtemps.
Et pour ceux qui seraient tentés par les pneus dits « 4 saisons » ou « M+S » (Mud and Snow) pour éviter d'alterner les pneumatiques, sachez que ces équipements sont très polyvalents mais ne sont pas aussi performants que les pneus été sur route sèche, ni que les pneus hiver dans des conditions d'adhérence précaire. Le véritable pneu hiver, lui, est reconnaissable sur son flanc au dessin d'un flocon entouré d'une petite montagne à trois sommets.


Cliquez ici pour comparer les assurances auto

Nos conseils de conduite sur la neige

Nous venons de le voir, la sécurité sur route mouillée ou enneigée est avant tout une question de technique et surtout de pneumatiques adaptés. N'espérez pas atteindre les stations par votre seul « bon coup de volant ». Pour autant, quelques réflexes permettent d'éviter les situations périlleuses.
La première chose à faire s'il y a de la neige, c'est de réduire sa vitesse et d'augmenter les distances de sécurité entre votre véhicule et celui qui vous précède. Si vous ou un autre véhicule perdez le contrôle, cela vous laissera plus de temps pour réagir. Mieux vaut aussi regarder loin pour anticiper le plus tôt possible, notamment les virages ou les freinages qui sont les actions les plus délicates sur route enneigée.
Deuxième bon réflexe : rouler plutôt en sous-régime (un rapport au-dessus) pour éviter que le couple de la voiture arrive trop brutalement sur les roues et déclenche une perte d'adhérence. Toutes vos actions, dans le volant mais aussi sur l'accélérateur, le frein et l'embrayage doivent être douces et progressives. Rappelez-vous que le moindre à-coup peut engendrer une glissade.
C'est pourquoi, en virage il est primordial de stabiliser sa vitesse pour laisser le train avant travailler tranquillement (pour tourner), et en descente utiliser le frein moteur plutôt que la pédale de frein afin de réduire la vitesse progressivement.
Si malgré toutes ces précautions votre véhicule part à la dérive, surtout ne freinez pas ! Plus facile à dire qu'à faire, mais le bon réflexe c'est de débrayer afin que toutes les roues tournent à la même vitesse, et contre-braquez (tourner le volant dans l'autre sens) en douceur pour faire pivoter la voiture. Il est préférable de se mettre en travers sur la route plutôt que de faire un tout droit dans le fossé !
Enfin, si vous n'êtes pas absolument obligé de prendre la route, il est préférable de laisser votre voiture au garage par temps de neige.