Halte aux radars pièges !

Publié par le 30 avril 2013

L'association 40 millions d'automobilistes a réalisé une étude participative sur les radars dont les résultats ont été remis au ministre de l'intérieur Manuel Valls. Avec ses 67 000 témoignages, l'association constate que les radars routiers peuvent parfois être de vrais pièges pour les automobilistes, et espère inciter le gouvernement à revoir sa politique de contrôle de la vitesse.

Halte aux radars pièges !
Ainsi, 40 millions d'automobilistes a lancé un appel à témoin pour recenser les radars fixes « pièges ». Résultat : on pourrait discerner 10 types de pièges tendus aux automobilistes.
  • L'incohérence. Il peut s'agir d'une route limitée à 90k/h dans un sens et à 70km/h dans l'autre, avec un radar implanté dans le sens à 70km/h. Autres exemples cités dans cette catégorie, les radars qui déterminent des limitations de vitesse différentes en fonction de l'heure.
  • Limitation de vitesse excessive. Les limitations ne sont parfois pas adaptées à la route concernée. Par exemple, on peut trouver une limitation à 50km/h sur une 2x2 voies en ligne droite.
  • Radars en descente. Difficile de contrôler sa vitesse sur des tronçons en descente. Pourtant, certains radars sont à l'affût dans ces zones délicates.
  • Le radar caché.
  • Le radar situé dans une courte zone de limitation de vitesse.
  • Le radar situé sur une route dont la limitation vient de baisser. On les trouve souvent sur d'anciennes voies à 110km/h désormais limitées à 90km/h. Difficile à éviter pour les habitués.
  • Le radar situé trop loin d'un panneau de signalisation de limitation de vitesse.
  • Les radars situés après des zones dangereuses.
  • Le radar situé en zone de dépassement. Endroit ou souvent, on accélère pour enfin doubler ce camion qui nous empêche d'avancer depuis des kilomètres.
  • Le radar en entrée ou sortie d'agglomération. Difficile de freiner rapidement pour être à 50km/h ou de ne pas accélérer en sortant de la ville.
L'association est loin de remettre en question l'implantation de ces radars pour contrôler la vitesse. Leur objectif est tout autre : ils souhaitent une meilleure utilisation de ces derniers, le but pour eux n'étant pas de prendre au piège les automobilistes. L'association profite de son rapport pour proposer des alternatives plus pédagogiques.
  • Rappeler la vitesse à respecter sur les panneaux indicateurs de radar
  • Positionner les panneaux de signalisation de limitation de vitesse des deux côtés de la voie pour permettre leur visibilité même en cas de dépassement
  • Supprimer les radars en descente ou les remplacer par des radars pédagogiques
  • Supprimer les litiges de signalisation à l'approche des radars.
  • Permettre un temps d'adaptation lors d'un abaissement de la vitesse sur une voie
  • Supprimer les radars cachés
  • Utiliser davantage de radars pédagogiques