La vitesse limité à 80 km/h sur tout le territoire

Publié par le 27 mars 2014

Trois mois après le passage très critiqué à 70 km/h du périphérique francilien, la frénésie des baisses de limitations de vitesse pourrait s'étendre à tout le territoire. Cette fois, c'est l'ensemble du réseau bidirectionnel (à deux voies) de France qui est visé par une mesure pour améliorer la sureté des automobilistes.

La vitesse limité à 80 km/h sur tout le territoire
La sécurité routière reste une priorité pour le Gouvernement. Avec 3 250 morts en 2013, le nombre de tués sur les routes a baissé de 11 % et frôle les 3 000, l'objectif que s'était fixé le Ministère de l'Intérieur. A l'horizon 2020, le but est de passer sous la barre des 2 000 morts  et c'est dans ce cadre que le Ministère mise sur une baisse globale de la vitesse.

La commission Alcool, Stupéfiant, Vitesse (ASV) du Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) vient de donner ses recommandations pour atteindre l'objectif de 2020. Celle-ci préconise la réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur l'ensemble du réseau secondaire actuellement à 90km/h.

Selon les experts de la sécurité routière, cette baisse pourrait épargner 450 vies chaque année. Pour compenser, la commission propose d'encourager le report du trafic vers les autoroutes en aménageant le prix des péages. Celles-ci possèdent en effet un taux d'accidentalité plus faible et de meilleures  conditions de sécurité.

Les associations d'automobilistes se soulèvent cependant, dénonçant un complot contre la voiture. Cette mesure va, selon eux, à l'encontre de l'activité économique et de la liberté de déplacement en suivant une conduite ultra sécuritaire plutôt que d'investir sur l'amélioration de du réseau. De plus, ils reprochent l'absence de période d'essai dans quelques départements, comme le préconisait le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, pour évaluer l'efficacité de la mesure. Les opposants les plus virulents vont même jusqu'à qualifier cette diminution des vitesses de relance pour la rentabilité des radars.