Sécurité routière : de moins en moins de bons conducteurs

Publié par le 17 avril 2013

Depuis neuf ans, AXA prévention dresse une typologie des automobilistes français. Le constat est simple : de moins en moins de conducteurs conduisent correctement.

Sécurité routière : de moins en moins de bons conducteurs
Le sondage est réalisé par téléphone auprès de nombreux automobilistes, et tente d'établir leur portrait d'après leur comportement au volant. L'étude permet de les classer dans 5 catégories distinctes :
  • « Les légalistes »  respectent à la lettre le code de la route, et ne se permettent aucun débordement. Leur conduite peut être considérée comme irréprochable. Ils représentent aujourd'hui 26% des sondés contre 23% l'an dernier.
  • « Les respectueux » respectent eux la plupart la plupart des règles, sans parfaire leur conduite. Ils sont également considérés comme de bons conducteurs, mais font malgré eux quelques petits écarts. Ils représentent 35% de la population, contre 44% en 2012.
  • « Les inconscients » prennent les dangers de la conduite bien trop à la légères.  Sans pour autant  commettre d'infraction ou prendre de risques, ils relativisent la dangerosité d'une conduite irresponsable, et sont ainsi susceptibles de se mettre dans des situations périlleuses. Ils sont aujourd'hui 14%, contre 11% en 2012.
  • « Les fous du volant » ne représentent heureusement que 7% des sondés, mais ils n'étaient que 5% en 2012. Ces derniers ont tendance à ne pas se rappeler des règles de bonne conduite sur la route, et commettent souvent des infractions graves.
  • « Les affranchis » n'ont ni dieu ni loi sur l'asphalte. Férus de grande vitesse, ils ignorent presque systématiquement le code de la route, mettant en danger leur vie mais celle des autres conducteurs également. Ils sont aujourd'hui 18%, et étaient 17% l'an passé.

39% des automobilistes se mettent en danger  

Les « inconscients », « fous du volant » et « affranchis » représentent en tout environ 39% des automobilistes. Ils sont plus nombreux que l'an dernier, et augmentent ainsi les chances d'accidents de voiture. Les infractions quant à elles restent les même, mais quelques chiffres de rappel permettent de se rendre compte de la gravité de la situation :
  • 4 Français sur 10 dépassent 65 km/h en agglomération
  • 75% des conducteurs ne s'arrêtent pas au feu orange
  • Plus de la moitié n'utilisent jamais le clignotant
  • 4 conducteurs sur dix n'utilisent pas de kit mains-libre pour passer leurs appels au volant.
Ce portrait de l'automobiliste publié par AXA Prévention permet plusieurs constats : les bon conducteurs restent en majorité (61%), mais les mauvais élèves se font de plus en plus nombreux. En parallèle à cela, les actions du gouvernement pour sensibiliser le conducteur ne sont pas restées inefficace. On constate en effet une baisse moyenne de la vitesse grâce notamment à l'installation des divers radars, une régression de certains autres comportements dangereux, et surtout une baisse de la mortalité sur la route en 2012.