Vers un retour de la pastille verte ?

Publié par le 8 février 2013

A l'occasion du comité interministériel sur la qualité de l'air du 6 février 2013, le gouvernement a de nouveau montré sa détermination à prendre des mesures pour limiter la pollution de l'air en France. Le retour de la pastille verte a entre autre été évoqué.

Vers un retour de la pastille verte ?
La pastille verte avait disparu de nos pare-brise. En 1998, elle permettait d'identifier les véhicules peu polluants, les autorisant à circuler durant les périodes de pics de pollution. Ce moyen d'identifier les véhicules peu énergivores pourrait revoir le jour : la question a en effet été abordée lors du comité interministériel sur la qualité de l'air du 6 février 2013.

Renaissance de la pastille verte

Le gouvernement avait évoqué en octobre dernier le projet d'instaurer des tarifs privilégiés pour les véhicules propres aux péages et aux stationnements. La pastille verte serait-elle donc le moyen de concrétiser ce projet ? L'identification des véhicules peu polluants serait simplifiée, et la mise en oeuvre d'une telle mesure également. C'est en tout cas ce qu'en pense le ministère de l'Ecologie, selon qui « Les collectivités demandent à pouvoir identifier facilement les véhicules électriques ou les automobilistes pratiquant le covoiturage afin de valoriser ces usages propres et de pouvoir éventuellement leur réserver des voies dédiées ou des places de parking en centre-ville ».

Cette proposition intervient après l'échec des ZAPA (zones d'action prioritaires pour l'air) du gouvernement Fillon qui prévoyaient de limiter l'accès de 8 grandes agglomérations aux véhicules polluants. Le gouvernement décide de laisser les villes prendre leurs propres décisions pour lutter contre la pollution de l'air : à Paris par exemple, la vitesse sera limitée à 70km/h sur le périphérique, mesure contribuant à la limitation d'émission de particules polluantes.