Système "keyless" : la protection antivol doit être renforcée

Publié par le 27 mars 2017

Sur la base d'un important test effectué sur 100 modèles, le TCS met en garde les automobilistes contre le système "keyless". Celui-ci permet actuellement aux voleurs d'opérer en toute tranquillité grâce à des gadgets prolongateurs de portée radio. Un risque qui présente un autre grand problème : l'absence d'effraction constatée, ce qui ne facilite pas le remboursement ni l'enregistrement d'une plainte.

Système

Les constructeurs automobiles sont invités à adapter rapidement la protection antivol des véhicules dotés du système "keyless". En effet, il apparaît que les véhicules concernés peuvent facilement être ouverts et conduits par des malfrats, ceci grâce à un simple petit objet bricolé prolongeant l'onde de portée radio.
Un problème qui ne concerne pas les automobilistes qui utilisent la télécommande de leur clé. Par ailleurs, sur certains modèles le système keyless peut être désactivé.
D'autre part, les solutions proposées dans le commerce (étui faisant écran) ne sont pas suffisamment fiables. Des ingénieurs de l'EPF Zurich sont en train de développer un système adapté incluant une puce électronique ainsi qu'un programme intelligent, permettant à la voiture de reconnaître toute déviation du signal de la clé. Dans un tel cas, la porte resterait verrouillée.

Cliquez ici pour comparer les assurances auto

Il est souhaitable qu'un tel système soit rapidement commercialisé, ceci permettant au propriétaire de lutter contre toute tentative de vol. Aujourd'hui, un voleur équipé d'un récepteur est capable de prolonger les signaux même en se trouvant à plus de 100 m de la clé. Le moteur une fois démarré automatiquement, le malfrat n'a plus qu'à prendre le volant jusqu'à ce que le réservoir d'essence se vide.
Et il y a un autre problème conséquent au système "keyless" : l'absence d'effraction. Car la police ne constatant aucune trace d'effraction sur le véhicule, elle peut soupçonner le propriétaire d'avoir simulé un vol. Une situation qui s'avère délicate, autant pour le dépôt de plainte qu'au niveau de l'assurance. Pour conclure : il vaut mieux éviter l'usage du "keyless" tant qu'une solution efficace n'est pas à portée de main.