Tarif en fonction de votre conduite : le succès annoncé de l’assurance connectée

Publié par le 9 juin 2016

142 millions d'assurés « sous surveillance », c'est que prévoit le cabinet d'analyses financières IHS à l'horizon 2023 (12 millions aujourd'hui). Poussée par l'inéluctable connectivité des véhicules, l'assurance pay how you drive (payez comme vous conduisez) ou tarification comportementale pourrait être la nouvelle norme dans les années à venir. Alors qu'en est-il en France, des offres sont-elles déjà disponibles ? Pour quels avantages ? Hyperassur décrypte cette tendance.

Tarif en fonction de votre conduite : le succès annoncé de l’assurance connectée

Encore une niche en France

Elles s'appellent Conduite Connectée chez Allianz, YouDrive chez Direct Assurance ou encore Road Coach chez Amaguiz, les offres d'assurance auto connectée ne sont pas encore nombreuses sur le marché français, mais la plupart des autres compagnies admettent travailler sur le sujet.

Leur promesse : jusqu'à 50 % d'économies sur la prime à condition d'être un conducteur prudent, prudence mesurée par un boîtier installé dans le véhicule et qui communique les résultats à l'assureur. La force appliquée aux accélérations et aux freinages, la prise d'angle dans les virages, les routes empruntées, la fréquence d'utilisation, tous ces paramètres permettent d'attribuer une note à la conduite et surtout une remise.

Dans le détail, Allianz annonce jusqu'à 30 % de remise (15 à 20 % en moyenne d'après les premiers retours) et Direct Assurance va même jusqu'à 50 % (90 % des utilisateurs profiteraient d'une réduction moyenne de 20 %). De son côté, Amaguiz insiste plus l'éco-conduite que sur la sécurité et propose à ses clients de transformer leur note en bons cadeaux jusqu'à l'équivalent de 36 % de la prime annuelle.

Des assurés méfiants

Sur le papier ces offres sont alléchantes, elles connaissent déjà un beau succès aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et même en Italie où elles représentent déjà 10 % des contrats. Mais les conducteurs français sont-ils prêts à être surveillés dans leurs déplacements quotidiens ?

Pas encore comme le confirme un sondage Hyperassur de novembre 2015 où 57,2 % des personnes interrogées préfèrent continuer à payer le même prix mais rester libres dans leur conduite. Déjà lors du Baromètre Hyperassur 2014,ils étaient 38 % à considérer le pay how you drive comme un moyen d'accentuer la surveillance sur les automobilistes.

Les conducteurs tricolores craignent donc pour leur liberté, c'est pourquoi les débuts sont encore timides, l'assurance auto connectée ne concerne que quelques milliers de personnes sur un parc de près de 40 millions de véhicules.
Malgré tout, les acteurs sont confiants, Allianz notamment a convaincu près de 9000 adhérents depuis novembre dernier avec déjà 19 millions de km analysés et prévoit 15 000 contrats de ce type en fin d'année. Direct Assurance ne donne pas encore de chiffre et préfère souligner l'amélioration des notes de conduite de ses usagers.

On prépare déjà la suite

L'offre actuelle se montre pour l'instant peu contraignante. Contrairement aux Etats-Unis où des contraventions sont déjà dressées à partir des données collectées et des conducteurs exclus de leur assurance avec pour motif « conduite dangereuse », les assureurs français n'agitent pas encore le bâton.
Seul le contrat YouDrive prévoit une pénalité maximum de 10 % si l'assuré ne satisfait pas aux critères de prudence.
Aucun ne prévoit pour le moment l'utilisation des données de localisation, ni même d'imposer l'installation du boîtier à la souscription. Pour le moment.

Car le pay how you drive actuel est déjà vu comme un outil de conquête et de fidélisation des bons conducteurs. Mais il servirait aussi de laboratoire aux futures offres de pay how you behave (payez comme vous vous comportez) qui, elles, accentueraient la segmentation des profils d'assurés, et donc des tarifs.
Autrement dit, on assisterait à une démutualisation de l'assurance avec la fin des tarifs communs pour une tarification personnalisée, ajustée selon son propre risque. Les bons conducteurs verraient leur prime diminuer de plus en plus, pour les autres l'assurance serait de plus en plus chère et ils connaitraient des difficultés croissantes à s'assurer.

Enfin autre piste d'évolution, la possibilité pour les assureurs d'améliorer la relation client grâce à la connectivité. Cette dernière leur permet d'en savoir plus sur les habitudes de leurs assurés grâce au contact permanent du boîtier. De là à nouer des partenariats pour leur faire profiter d'offres sur le stationnement, l'entretien auto, la restauration…il n'y a qu'un pas.

L'avis du comparateur

La bonne nouvelle avec les offres connectées (Conduite Connectée, YouDrive, Road Coach) c'est qu'elles sont proposées en option des contrats classiques, du Tiers au Tous risques. Les garanties sont donc les mêmes que pour les formules sans boîtier.

L'installation de ce dernier ne nécessite d'ailleurs aucune modification (branchement simple à la prise diagnostic OBD) dans le véhicule et peut se faire par l'assuré. A noter que le boîtier proposé par Allianz offre l'avantage de prévenir les secours en cas de choc violent sans intervention du conducteur.
Quel que soit l'assureur, l'utilisateur peut suivre en temps réel sa conduite sur une application dédiée qui prodigue des conseils pour optimiser ses scores et donc sa remise.
Enfin, en dehors de YouDrive qui réserve son offre aux jeunes conducteurs (moins de 7 ans de permis ou première assurance), les autres sont accessibles à tous les profils. Elles seront en revanche plus avantageuses pour les petits rouleurs et ceux qui fréquentent rarement les agglomérations (les forts kilométrages et la conduite en ville sont des facteurs de risques).