Tout savoir sur le permis à points

Publié par le 9 juillet 2015

Instauré en 1992, le permis à points n'a pas pour but de faciliter la vie des automobilistes. En effet, chaque infraction routière est punie d'un retrait de points sur un capital initial de 12 points (6 points pour le permis probatoire). Mis en place dans plusieurs pays européens, cette mesure a contribué à diminuer le nombre d'accidents sur nos routes. 

Tout savoir sur le permis à points

Un capital fragile

Le permis à points pousse le conducteur à avoir une conduite responsable. En effet, plus l'infraction commise est grave, plus le nombre de points retirés sur le permis est important. 

Il est possible de vous retirer jusqu'à 6 points par infraction et jusqu'à 8 points avec un cumul de plusieurs infractions. Quand le nombre de points devient nul, le permis de conduire est invalidé. A chaque retrait, le conducteur est informé par une simple lettre adressée à son domicile. 

Il existe plusieurs solutions pour récupérer des points :
- Effectuer un stage de récupération de points (+ 4 pts)
- Un point perdu : pas d'infraction pendant 6 mois pour le récupérer
- Sans infraction pendant 2 ans : le capital revient à 12 pts
- Infractions de 4eme et 5eme classe : 3 ans sans infraction, et le capital revient à 12 points. 

Il est donc important d'adopter une conduite responsable car votre capital peut fondre très rapidement. En cas d'invalidité, c'est à dire avec un
solde nul, si votre permis à moins de 3 ans il vous faudra repasser le code et la conduite, si votre permis à plus de 3 ans il vous faudra repasser le code et vous soumettre à une visite médicale

Pour en savoir plus sur les sanctions qui pèsent sur votre permis : voir l'article

Tous les Européens ne sont pas logés à la même enseigne

L'Allemagne est le premier pays européen à avoir instauré le permis à points (1974). A ce jour, seuls le Portugal, la Belgique, la Suède et la Finlande n'ont pas mis en place de système similaire.
Pourtant, chaque pays a adopté un régime spécifique qui a pour objectif de diminuer les infractions routières et de favoriser les bons conducteurs. 

Des pays comme la France ont opté pour un capital de points qui sera amputé à chaque infraction. En Italie, le nombre de points initial est de 20, en Espagne il est de 12, et en Bulgarie il est de 39.
L'Allemagne, le Royaume-Uni et la Grèce ont
un système différent puisque l'automobiliste accumule les points à chaque faute. En effet, il ne doit pas dépasser un certain seuil (8 en Allemagne, 12 au Royaume-Uni, 17 en Grèce). 

Le business des points

On souligne qu'en 2013 en France, 13,5 millions de points ont été retirés, soit une baisse de 5,7%. En cas d'infraction, les conducteurs sanctionnés peuvent attendre de récupérer automatiquement des points ou bien se présenter à des stages de récupération de points (une seule fois par an). Ces derniers se sont d'ailleurs multipliés ces dernières années. 
 
L'objectif de ces stages est de rappeler aux automobilistes l'importance des règles de sécurité à respecter ainsi que l'ensemble des dangers liés à la conduite (alcool, drogue, vitesse). Ils sont organisés dans des centres de formation agréés par la préfecture et ils ont une durée de 14 heures, soit 2 jours.

Ces stages coûtent entre 160 € et 280 € selon les villes et rassemblent chaque année près de 200 000 conducteurs dans tout le pays.