A la rentrée, je cuisine pour mon chat : mode d’emploi

Publié par le 13 septembre 2016

Cuisiner plus de produits frais en contrôlant mieux leur provenance, adopter tout simplement une alimentation plus équilibrée, c'est la bonne résolution de pas mal de monde en cette rentrée. Et pourquoi pas en faire profiter toute la famille, y compris nos animaux ? Vous êtes propriétaire d'un chat et vous souhaitez préparer ses repas pour qu'il mange mieux ? Voici nos conseils nutrition pour un chat bien dans son assiette.

A la rentrée, je cuisine pour mon chat : mode d’emploi

Qu'il est pratique et rapide d'ouvrir un sachet de croquettes ou une boîte de pâtée pour son chat ! Ce dernier semble apprécier car il mange avec appétit et les dernières visites chez le vétérinaire confirment sa parfaite santé.
En effet, la nourriture industrielle n'est pas mauvaise pour le chat, elle couvre parfaitement ses besoins nutritionnels… à condition d'opter pour des produits de qualité. Mais ces derniers sont généralement onéreux et ne conviennent pas à tous les animaux en fonction de leur race, de leur mode de vie, de leur âge et de leur nature.

Cuisine maison pour chat : aucune place à l'improvisation

De nombreux propriétaires plébiscitent désormais la cuisine maison pour chat, appelée aussi ration ménagère par les vétérinaires.
C'est d'ailleurs avec son vétérinaire qu'il est essentiel de mettre au point cette ration. C'est seulement après un bilan de santé que le praticien déterminera les bonnes quantités, les aliments à privilégier, ceux à éviter, et les compléments alimentaires à ajouter à vos préparations.

Cuisiner pour chat ne s'improvise pas car plusieurs facteurs doivent être pris en compte :

  • la race du chat : toutes les races présentent leurs propres caractéristiques, donc leurs forces et leurs fragilités, toutes n'ont pas les mêmes besoins nutritionnels
  • l'âge du chat : vous possédez un chaton, un adulte stérilisé ou non, une femelle en gestation, un vieux chat, il n'a évidement pas les mêmes besoins selon la période de sa vie
  • le mode de vie : votre chat est plutôt très actif et passe ses journées dehors ? Au contraire il dort en intérieur du matin au soir ? Ses apports caloriques devront être ajustés.
  • la morphologie : tout comme chez l'homme, certains chats ont une tendance à l'obésité. Il faut alors surveiller de très près la richesse de leur alimentation.

L'assiette idéale de votre chat

Si seul un vétérinaire sera capable de déterminer la bonne ration ménagère à préparer à votre chat, il existe cependant quelques bons gestes à valeur générale :

  • La bonne dose : on estime à environ 40 à 50 g / kg de chat et par jour la bonne dose pour un chat adulte. Autrement dit, si celui-ci pèse 4 kg, on lui préparera quotidiennement autour de 200 g de nourriture.
  • Les bonnes proportions : une ration ménagère bien faite contient généralement 50 % de viande ou de poisson + 20 % de céréales + 20 % de légumes + 10 % de compléments alimentaires + huile, eau ou yaourt.
  • Les bons gestes : la ration ménagère d'un chat doit être tout le temps disponible, mais doit être distribuée en plusieurs fois (idéalement 4 fois/jour). De préférence tiède ou à température ambiante, elle doit être humide et tout doit y être coupé très finement.
    Privilégiez une surcuisson pour les céréales, une cuisson « à point » pour les légumes mais très légère (à l'eau) pour la viande et le poisson. L'huile doit être ajoutée crue au mélange.
  • Les mauvais gestes : tout comme pour le chien, un chat ne doit pas être nourri avec les restes du repas familial.
    Le chat est un animal routinier, il n'apprécie pas les changements brusques dans son environnement ainsi que dans son alimentation. Voilà pourquoi il faut éviter d'introduire un aliment trop rapidement ou en trop grande quantité. Evitez d'assaisonner la nourriture de votre chat, évitez également les horaires de repas variables et surtout ne lui donnez jamais de sucreries.

Le marché du chat

Nourrir son chat avec une cuisine maison peut être assez simple car c'est un animal qui n'apprécie pas le changement. S'il peut-être utile de varier les aliments, mieux vaut se concentrer sur deux ou trois recettes que vous maitrisez bien.En voici des exemples :
bœuf haché, riz, courgettes, huile de colza + compléments alimentaires
filet de maquereaux, pâtes, carottes, huile de tournesol + compléments alimentaires
blanc de volaille, flocons d'avoine, haricots verts, huile d'olive + compléments alimentaires


Parce que trop gras, difficiles à digérer, voire toxiques, certains aliments sont à bannir de l'alimentation votre chat : chocolat, épinards, thon en boîte, oignons, ail, pommes de terre, lait, chou.