A la rentrée, je cuisine pour mon chien : mode d'emploi

Publié par le 6 septembre 2016

Après les petits excès de l'été, vous avez décidé de revenir à une alimentation plus équilibrée, qui privilégie notamment une cuisine maison et des aliments frais. Mais savez-vous que vous pouvez faire de même pour votre chien ? C'est ce que l'on appelle la « ration ménagère » et elle séduit de plus en plus de maîtres. Quels aliments utiliser et ceux à éviter ? Quelles cuissons et quelles quantités ? On vous dit tout sur comment faire de bons petits plats à votre chien.

A la rentrée, je cuisine pour mon chien : mode d'emploi

Depuis les années 1970 et l'avènement des préparations industrielles, préparer le repas de son chien consiste surtout à ouvrir un sachet de croquettes ou une boîte de pâtée. Mais ces produits sont de plus en plus décriés car ils contiendraient trop de gras, trop de sel et de conservateurs.

A l'heure du « bio » et du « fait maison », les particuliers souhaitent également que leur chien mange sain.
Mais la gastronomie canine ne s'improvise pas, la ration ménagère obéit à certaines règles sous peine de devoir visiter régulièrement son vétérinaire pour des diarrhées, différents troubles digestifs et carences en vitamines et minéraux.


1. Se faire conseiller

Contrairement aux idées reçues, cuisiner pour son chien n'est absolument pas déconseillé par les vétérinaires. Mais ces derniers doivent être consultés impérativement avant de changer son alimentation pour du « fait maison ».
Certains praticiens sont d'ailleurs spécialisés dans la nutrition canine et peuvent vous aider à déterminer le bon régime alimentaire en fonction de l'âge, de la race, de la morphologie et du mode de vie de votre chien. Un jeune berger allemand très actif n'a évidemment pas les mêmes besoins qu'un Jack Russel déjà âgé et plus sédentaire.


2. Diversifier les aliments

Tout comme pour l'homme, un aliment qui revient trop souvent et en trop grande quantité finit par devenir néfaste.Il est impératif de varier son alimentation pour deux raisons : un chien habitué tout le temps aux mêmes ingrédients aura tendance à trier quand il sera confronté à un nouvel aliment, et aura tendance à développer des carences.
En variant au maximum son alimentation vous vous assurez qu'il profitera de toutes les vitamines et minéraux dont il a besoin pour être en bonne santé. Attention, votre chien ne doit pas manger la même chose que vous, ni vos restes !

Votre chien fait son marché

Les aliments à privilégier : viandes (steak haché, mouton, canard, porc, lapin, dinde, œuf, veau), le poisson (saumon, cabillaud, crevettes), lait, fromage blanc, fromages non fermentés, céréales (soja, riz, mais, orge, avoine, pâtes complètes), légumes

Les aliments à surveiller : pommes de terre et banane (difficiles à digérer), chou (fermentation), huiles, abats, légumes secs, fruits et légumes acides, pain

Les aliments à éviter : charcuterie, sucreries, ail, plats en sauce, condiments, chocolat, poisson cru, fromages fermentés, os de poulet ou lapin

3. Peser les aliments

Tout comme en pâtisserie, il n'y a pas de place à l'improvisation quand il s'agit de nourrir votre chien. Il est essentiel de peser les aliments en gardant en tête cette proportion : environ 40 g de nourriture /kg de chien. Exemple : si votre chien adulte pèse 5 kg, vous devrez lui préparer environ 200g de nourriture à partager en deux repas.
Bien entendu, le volume de la ration et le nombre de repas varient en fonction de l'âge, de la race et de l'activité de votre chien. Là encore c'est au vétérinaire de déterminer les bonnes quantités.


4. Surveiller la cuisson

On estime que la bonne ration ménagère se partage de façon équilibrée entre : 1/3 de viande, 1/3 de féculents type riz ou pâtes et 1/3 de légumes. Mais pour que le chien profite bien de ses aliments, ils devront être cuits de la bonne façon : toujours séparément, à l'eau ou la vapeur. Les féculents devront plutôt être en sur-cuisson pour une meilleure digestion tandis que la viande et les légumes ne devront pas être trop cuits afin de préserver les vitamines.
N'oubliez pas les indispensables lipides (en général une petite cuillérée d'huile végétale non cuite) et compléments alimentaires (levure de bière ou comprimés prescrits par le vétérinaire) à ajouter au mélange après cuisson.
Inutile d'assaisonner, votre chien s'en moque, et servez plutôt la préparation tiède ou à température ambiante. Enfin côté présentation, les aliments devront être hachés ou coupés très finement de façon à éviter le tri. Voilà, bon appétit !