Savoir réagir à la piroplasmose canine (maladie des tiques)

Publié par le 24 novembre 2015

La piroplasmose canine est une maladie parasitaire transmise au chien par la tique lors des saisons tièdes et humides. Répondant au nom savant "Babésiose", cette maladie est aussi appelée "piroplasmose" à cause de la forme de poire du parasite. Elle peut s'avérer mortelle si elle n'est pas traitée rapidement. Le piroplasme envahit les globules rouges, s'y multiplie jusqu'à les faire exploser et répandre l'hémoglobine dans les organes du chien.

Savoir réagir à la piroplasmose canine (maladie des tiques)

Les signes qui doivent vous mettre la puce à l'oreille

La piroplasmose obéit à un cycle infernal de contamination. Une tique transmet la maladie parasitaire au chien, qui lui-même va la transmettre à une nouvelle tique venue participer au banquet. Celle-ci va se reproduire et transmettre la maladie à sa descendance qui ira mordre d'autres chiens...

Le plus souvent, les tiques tombent des arbres ou buissons lors des saisons tièdes, et s'installent sur le chien. Il faut environ 48 heures pour que le piroplasme se libère dans l'organisme du chien. Dès le début de l'invasion, il ne faut pas prendre les signes à la légère.

Votre chien a au moins une tique ? Il est fatigué, abattu ? Il perd l'appétit et ne s'intéresse plus aux jeux ? Il a de la fièvre ? Ses muqueuses se décolorent ?

Vous devez agir au plus vite car de votre rapidité de réaction dépend la vie de votre meilleur ami. Sachez que chaque minute compte. Le piroplasme, une fois dans l'organisme du chien, gagne l'estomac et s'y multiplie de manière exponentielle. S'ensuivent alors des symptômes plus préoccupants : une toux marque la gène du chien,des diarrhées et vomissements attestent de l'affection installée dans le système digestif.

Étant donné que le siège de développement du piroplasme est le globule rouge, le chien présente aussi des signes d'anémie, on trouve une forte coloration sombre de ses urines, sa rate devient palpable et l'animal contracte un puissant ictère (jaunisse). En réaction contre ces parasites, l'organisme du chien peut développer une maladie auto-immune qui consiste à tenter de se débarrasser de l'ennemi. Pour ce faire, il se met à éliminer ses propres globules rouges.

Comment traiter et prémunir votre chien contre la piroplasmose ?

Il faut réagir vite en cas d'infection

Il est primordial de traiter le chien atteint dès l'apparition des premiers symptômes . Le vétérinaire s'empressera d'injecter (15 à 20 € en moyenne par injection + 60 € environ pour des analyses de sang) à votre chien un piroplasmicide. C'est une solution pour supprimer le parasite.

Lorsque la maladie est avancée, quand le propriétaire a tardé, une hospitalisation (40 €/jour en moyenne) est nécessaire, avec une ou plusieurs transfusions sanguines afin de redonner des globules rouges au chien anémié. Dans le cas où le chien a développé une maladie auto-immune, il faut ajouter antibiotiques et corticoïdes. Si l'infestation est prise à temps, le chien en sort indemne mais pourra présenter des séquelles plus ou moins lourdes, comme l'insuffisance rénale.

Si vous disposez d'une mutuelle spécialisée, les actes du vétérinaire seront pris en charge par celle-ci sous la forme d'un pourcentage de remboursement. De 50 % à 100 % selon la gamme de votre assurance, il correspond à la part sur la facture du vétérinaire qui vous sera remboursée.

Est-il possible d'agir en amont ?

Pour prévenir la piroplasmose, veillez à examiner votre chien quotidiennement et à éliminer les tiques dès leur apparition. Le parasite mettant plusieurs jours à passer dans l'organisme du chien, votre chien restera sain et sauf. En outre, il existe un vaccin qui n'est pas efficace à 100 % mais qui ajoute une protection à votre ami. Le meilleur moyen de protéger votre chien reste l'utilisation d'antiparasite à usage externe et l'examen régulier de votre animal.

Notez que le vaccin ou les différentes antiparasitaires peuvent être pris en charge par une assurance santé pour chien. Ils le seront sous la forme d'un chèque annuel (forfait de prévention) d'un montant allant de 50 € à 150 € selon la formule choisie. Un bon moyen de réduire la facture. Pour en savoir plus sur comment économiser sur les frais vétérinaires