Toux du chenil chez le chien : mieux la comprendre et la soigner

Publié par le 23 février 2016

La toux du chenil est appelée ainsi pour son aspect hautement contagieux. C'est en réalité la trachéobronchite infectieuse canine qui est en cause. Cette maladie n'est pas particulièrement dangereuse mais peut conduire à d'autres infections bronchiques beaucoup plus sévères. C'est en tout cas l'effet de contagion rapide qui en fait une maladie redoutée par les structures canines. Qu'est-ce que la toux du chenil ? Comment la soigner ? Quel impact a-t-elle sur les structures canines ?

Toux du chenil chez le chien : mieux la comprendre et la soigner

La toux du chenil : comment se manifeste-t-elle ?

La toux du chenil est la conséquence de plusieurs agents pathogènes. Parmi eux, on retrouve des bactéries responsables, telles que Bordetella bronchiseptica (cause de la coqueluche chez l'homme) ou pseudomonas aeruginose, mais également les Adénovirus CAV-1 et CAV-2 ainsi que le Virus parainfluenza canin.

Ces agents pathogènes viennent en priorité infecter les voies respiratoires des chiens déjà affaiblis. État de stress, fatigue, présence de vers dans l'organisme... Dans un chenil, le chien n'est pas dans son environnement naturel. Ses maîtres sont partis et l'ont laissé. Cela provoque un état de stress incontournable, favorisant ainsi la propagation de la maladie. Il en va de même pour les hospitalisations qui sont propices à la trachéobronchite infectieuse canine. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte : la faiblesse du sujet, le stress et la présence de nombreux animaux dans un périmètre restreint.

Quels symptômes et comment réagir ?

Les symptômes qui doivent vous alerter concernent bien évidemment une toux persistante, à laquelle viennent s'ajouter de la fièvre et une légère apathie. La toux peut s'accompagner de nombreuses déglutitions plus ou moins pénibles dues à l'inflammation de la gorge. La toux peut évoluer en toux grasse et donner l'impression que le chien va cracher.

Vous ne devez pas attendre, rendez-vous rapidement chez votre vétérinaire pour avoir son avis. La toux du chenil n'est pas grave mais doit faire l'objet d'une surveillance. Si vous disposez d'une assurance santé pour votre chien, sachez que le traitement pourra vous être remboursé jusqu'à 100 % en fonction de votre contrat. Si vous n'avez pas encore souscrit à une mutuelle spécialisée pour les chiens, nous vous invitons à les comparer

Diagnostiquer et soigner la toux du chenil

Le diagnostic du vétérinaire commence en général par des questions simples pour savoir si le chien malade a été en contact récent avec d'autres sujets. Lorsque les habitudes sociales de votre compagnon ont changé dans les 2 semaines qui précèdent l'apparition des symptômes, il s'agit d'une trachéobronchite infectieuse canine. Si l'état de votre chien est avancé, il convient de pratiquer des tests sanguins ou radiographies des bronches afin de déterminer la gravité de l'infection.

D'une manière générale, aucun traitement particulier ne s'impose. Il suffit de mettre le chien au repos et de contrôler son environnement afin qu'il ne contamine pas d'autres sujets. La convalescence dure environ 3 semaines. Si votre chien souffre beaucoup de sa toux, votre vétérinaire pourra lui prescrire des préparations expectorantes ou antitussives.

Dans les cas plus sévères, souvent lorsque d'autres bactéries sont venues se joindre à la trachéobronchite infectieuse canine, on administrera au chien des antibiotiques et des anti- inflammatoires. Il arrive aussi que votre chien perde l'appétit à cause de cette gêne dans la gorge. Offrez-lui la nourriture qu'il préfère et réchauffez-la pour en dégager les arômes et attiser l'appétit de votre compagnon.

Quels sont les bons gestes pour prévenir la trachéobronchite infectieuse canine ?

Il existe des vaccins contre la toux du chenil. Il y en a un pour chaque virus ou bactérie responsable. Cependant, il faut savoir que ces vaccins ne protègent pas votre chien à 100 %, mais ils réduisent les risques et la violence de la maladie. Les vaccins par voie nasale sont efficaces en quelques jours seulement et protègent aussi bien dans le temps que les vaccins par intraveineuse.

Pour laisser votre chien dans un chenil ou dans une pension, vous devrez obligatoirement fournir la preuve qu'il est vacciné contre la toux du chenil et que ses injections sont à jour. Cette précaution est très importante justement à cause de l'aspect très contagieux de la maladie. En communauté, l'hygiène est également très importante en préventif. Il faut en effet bien ventiler les pièces dans lesquelles séjournent les chiens et prévoir des lieux pour isoler efficacement les sujets malades.

Les chiens les plus touchés sont les plus fragiles : les chiots et les chiens âgés, dont le système immunitaire est faible. Veillez à bien les protéger : la vaccination est possible dès l'âge de 6 semaines. Certaines races sont également plus sensibles que d'autres. Les races à nez courts, comme le Pékinois par exemple, sont plus touchées que les autres. Cela est dû à un système respiratoire plus petit et plus faible. Une surveillance accrue est alors requise. Pour en savoir plus sur les vaccins et leur prise en charge par les assurances santé