3 catastrophes de Noël qu'on peut réparer avec une assurance habitation

Publié par le 22 décembre 2016

Avec toute cette effervescence autour des préparatifs et la joie de se retrouver en famille, on en viendrait à oublier que les fêtes de fin d'année peuvent représenter un risque. Un sapin qui s'embrase, un invité qui par accident renverse la télévision ou bien votre domicile est cambriolé pendant que vous passez le réveillon à l'extérieur, sont autant de situations qu'une bonne assurance habitation permet de régler.  

3 catastrophes de Noël qu'on peut réparer avec une assurance habitation

Le sapin de Noël prend feu : la garantie incendie

C'est un classique des fêtes, une guirlande défectueuse ou une bougie mal éteinte et c'est le début d'un incendie. Si par chance le feu est rapidement maitrisé et qu'il ne fait aucune victime ou blessure, on a souvent tendance à dire que les dégâts matériels sont finalement moins importants.

Malgré tout, un incendie peut rapidement avoir des conséquences financières élevées, c'est là qu'intervient la garantie « incendie » de votre assurance multirisque habitation. C'est l'une des garanties de base de ce type de contrat. Elle prévoit une indemnisation des dommages matériels (au bâtiment et à son contenu, aux bâtiments voisins) et corporels suite à un départ de feu, à une explosion ou à cause de la foudre.
Les dégâts causés par les fumées de l'incendie ou par les secours dans leurs opérations de sauvetage sont également couverts par la garantie incendie. Cette dernière est généralement complétée par la couverture des accidents électriques (exemples : surtension, court-circuit).


Le conseil de Hyperassur

Avant d'installer vos guirlandes, vérifiez d'abord qu'elles sont bien conformes aux normes CE ou NF, et qu'elles ne figurent pas dans la liste des exclusions de votre assurance. Et si une guirlande de Noël n'est quasiment jamais citée comme une exclusion de la garantie incendie, son branchement en série avec d'autres sur une multiprises peut en revanche être désigné dans les contrats comme une « négligence grave ». On risque alors un refus d'indemnisation.
Enfin, comme dans tous les contrats d'assurance, la garantie incendie s'accompagne d'une franchise (somme à la charge de l'assuré) et d'une plafond d'indemnisation qu'il vaut mieux connaître pour éviter les mauvaises surprises.


Cliquez ici pour comparer les assurances habitation

L'invité qui en dansant renverse la télévision : la responsabilité civile du fautif

Emporté dans une danse endiablée, un invité renverse accidentellement la télévision et celle-ci est fichue. Un cas classique qui ne mérite pas qu'on se fâche.
Première solution: le responsable dispose de son propre contrat MRH, il est donc couvert par sa responsabilité civile . A lui de contacter sa compagnie qui se substituera à lui pour vous indemniser du préjudice.
Attention, il se peut que cette responsabilité civile s'accompagne d'un seuil minimal d'intervention (somme en dessous de la laquelle la garantie n'est pas acquise), d'un plafond d'indemnisation mais aussi d'une franchise à la charge de l'assuré. Parfois, une solution à l'amiable où le fautif dédommage lui-même sa faute est préférable plutôt que de faire jouer l'assurance.

Deuxième solution : le responsable n'est pas couvert par une responsabilité civile. Votre seul recours est alors une garantie optionnelle qui peut prendre plusieurs dénominations : tous risques mobiliers, protection des biens, assurance audiovisuel. Celle-ci prendra alors en charge le remplacement (valeur à neuf ou en appliquant une vétusté) de la télévision. Là encore, elle comprendra un plafond d'indemnisation et potentiellement une franchise.


Le conseil de Hyperassur

Si la télévision chute de la faute de l'assuré ou de l'une des personnes qui réside habituellement dans la maison (enfants, conjoints, parents) et qui est donc couverte par le contrat habitation, alors l'indemnisation n'est pas acquise. Pour cela, il faudra souscrire à une garantie optionnelle qui couvre les dommages aux biens du fait de l'assuré ou de ses ayants droits.


Ma maison est cambriolée le soir de Noël : la garantie vol

Vous êtes invité pour les fêtes dans votre famille et chez des amis, mais à votre retour vous avez la mauvaise surprise de découvrir votre maison cambriolée et/ou dégradée.
La première chose à faire est de sécuriser les lieux pour éviter un second cambriolage et de prendre des photos en veillant à ne rien déplacer. Ensuite il vous faut porter plainte auprès des autorités, et seulement après déclarer le vol à votre assureur. Ce dernier vous demandera d'apporter la preuve du vol et de l'effraction, c'est là que toutes les photos, factures et documents qui pourront attester de l'existence de tel ou tel objet disparu seront essentiels.
L'assureur dépêche généralement un expert pour constater les faits et c'est le rapport de ce dernier qui déclenchera l'indemnisation.

L'indemnisation peut prendre ici deux formes : en valeur à neuf si l'option a été souscrite ou de remplacement en fonction de leur valeur le jour du vol (taux de vétusté). Si des éléments ont été détériorés pendant le vol ou qu'une tentative de vol a causé des dommages, ces derniers seront indemnisés par la garantie vol.


Le conseil de Hyperassur

Il est prudent de réévaluer régulièrement le montant de ses biens en fonction de ses achats et acquisitions car les indemnisations sont calculées à partir d'un capital déclaré (10 000 €, 15 000 €, 20 000 €…). Or, il se peut que le capital déclaré à la souscription évolue avec les années et ne soit plus suffisant en cas de cambriolage.
De même qu'il est essentiel d'être honnête avec son assureur quant au nombre et à la valeur des éventuels objets précieux. Car si leur déclaration peut faire augmenter la cotisation d'assurance, ne pas les déclarer peut conduire à un refus d'indemnisation en cas de disparition.
Enfin, veillez à ce que les éventuelles exigences de votre contrat en matière de sécurité (barreaux aux fenêtres, porte blindée, alarme…) soient respectées, autrement en cas de vol l'indemnisation pourrait être refusée ou réduite.