Assurance emprunteur : les changements de 2018

Publié par le 2 mars 2017

Dès le 1er janvier 2018, les consommateurs pourront résilier leur contrat d'assurance emprunteur et se rendre dans un établissement de leur choix, une fois par année. La valeur totale des contrats concernés oscille entre 600 millions et 1,4 milliard d'euros de prime. Un marché très important qui nécessitera une nouvelle stratégie de la part des banques face à ce potentiel manque à gagner.

Assurance emprunteur : les changements de 2018

Le montant des contrats concernés par cette mesure est estimé par le cabinet McKinsey, qui prédit de profonds changements dans ce domaine. Jusqu'à présent, 85 % des acheteurs immobiliers ont souscrit leur assurance emprunteur directement auprès de la banque qui leur ont accordé le crédit.
Dès à présent, et en application de la loi Hamon, les emprunteurs pourront résilier leur contrat une fois par année (en plus de la possibilité de changer dans les douze mois suivant la signature).
Une nouvelle règle qui peut amener d'importants changements sur le marché. Pour les consommateurs, de substantielles économies peuvent être réalisées à la clé.

Cliquez ici pour comparer les assurances habitation

Dans ce marché qui présente des marges particulièrement attractives, les banques devront sortir leur épingle du jeu. Certaines d'entre elles sont déjà en train d'adapter les critères pour les catégories de profils en interne. Leurs concurrents, essentiellement les assureurs alternatifs, des courtiers ainsi que fintech se préparent activement pour profiter de ce marché.
Selon McKinsey, cela représenterait environ 4 milliards d'euros de stock de contrats qui pourraient ainsi faire l'objet d'une délégation dès janvier prochain.
Concrètement, l'accroissement de la concurrence amènera probablement à créer une segmentation plus importante des offres, avec la poursuite d'une baisse des prix (déjà effective pour certains profils de clients depuis quelques années).