Crédit immobilier : première baisse de la demande en février

Publié par le 5 avril 2017

Après une longue série de records, le mois de février est marqué par une baisse de la demande de prêts immobiliers. Cet infléchissement constitue-t-il le début d'une tendance durable ? Sans doute pas, tant que les taux restent historiquement bas. La raison est davantage à rechercher du côté d'une moindre demande des renégociations de prêts. 

Crédit immobilier : première baisse de la demande en février

En février, l'encours des nouveaux crédits a baissé avec 32,6 milliards d'euros alors qu'il était de 37 milliards le mois précédent. En parallèle, le nombre de renégociations n'a représenté que 59,8 % du total des prêts alors qu'il était en moyenne de 62 % les mois précédents. Cette demande en baisse s'explique aisément par le fait que les emprunteurs ayant bénéficié de conditions plus avantageuses qu'initialement ne sont plus demandeurs. S'ajoute une légère variation des taux qui augmentent de 0,4 % avec actuellement un taux moyen d'1,54 %.
La baisse du nombre de prêts constatée en février peut se révéler d'autant plus trompeuse que les prix de l'immobilier ont amorcé une remontée. La hausse moyenne sur un an est ainsi en moyenne de 5,2 % sur Paris et de 2,3 % en province. Les taux d'emprunt très bas associés aux avantages du Prêt à Taux Zéro (PTZ) et du dispositif Pinel font qu'il reste très intéressant d'investir dans l'immobilier.

Cliquez ici pour comparer les assurances habitation

Les élections à venir et les incertitudes sur le maintien des deux aides devraient pousser les acheteurs potentiels à accélérer les démarches en vue de l'octroi d'un prêt. Pour ce qui est du dynamisme du marché, son avenir est étroitement lié à l'évolution des taux.
Même en cas de remontée du coût d'emprunt, la marge reste importante après la longue période de baisse. Cet aspect est d'ailleurs confirmé par une étude de la Banque de France qui indique que le pouvoir d'achat immobilier est proche de celui de 1998, soit avant la forte hausse des prix qui a duré jusqu'en 2007.