Inondations : comment se faire indemniser des dégâts subis dans son logement ?

Publié par le 26 juin 2013

Les intempéries qui ont frappé le Sud-Ouest de la France la semaine dernière pourraient couter environ 500 millions d'euros aux assurances. Les dégâts sont importants, et c'est pour nous une occasion de vous donner quelques conseils pour vous faire indemniser correctement en cas de dégâts liés aux inondations.

Inondations : comment se faire indemniser des dégâts subis dans son logement ?

Déclarer le sinistre rapidement

Le plus important, à faire en priorité, est de déclarer le sinistre dans les 5 jours à son assureur. En cas de catastrophe naturelle déclarée au journal officiel, le délai de déclaration est prolongé : vous disposez de 10 jours.

Limiter la casse

Avant l'expertise de votre assureur, il est préférable de faire le nécessaire pour limiter les dégâts. Prenez les dispositions nécessaires pour éviter les infiltrations d'eau, protéger le mobilier du mieux possible, etc. Si vous ne faites rien pour atténuer les dégâts, votre assureur peut vous tenir responsable des dommages supplémentaires, et vous ne pourrez prétendre à une indemnisation prenant tous les dommages en considération.

Rassembler des preuves

Il est important de rassembler toutes les preuves des dommages subis pour composer le dossier pour son assureur. Prenez alors le plus de photos possible pour montrer exactement ce qu'il s'est passé, rassemblez les factures des biens mobiliers endommagés, et si vous avez entamé d'éventuels travaux pour gagner du temps, conservez également les factures des matériaux et prenez des photos avant les travaux. L'assureur aura tous les éléments en main pour calculer l'indemnisation à laquelle vous aurez droit.

Quelle indemnisation en cas de catastrophe naturelle déclarée ?

Si le statut de catastrophe naturelle est déclaré au Journal Officiel, c'est la garantie catastrophe naturelle des personnes ayant une assurance multirisque habitation qui assure une indemnisation. Cette garantie couvre tous les dommages matériels causés aux biens mobiliers et immobiliers  dans les communes concernées par l'arrêté interministériel. L'indemnisation est calculée en fonction des dommages subis en prenant compte de la vétusté des biens.
Une franchise légale est cependant applicable et à la charge de l'assuré. Elle est de 380 euros pour les biens à usage d'habitation non professionnels, et correspond à 10% des dommages matériels directs avec un minimum de 1 140 euros pour les biens professionnels.