Les réseaux sociaux inquiètent les compagnies d'assurance

Publié par le 6 janvier 2011 Les réseaux sociaux inquiètent les compagnies d'assurance

 

Cambriolé dans la nuit de la Saint-Sylvestre, le comédien Michaël Youn a peut-être facilité la tâche aux cambrioleurs suite aux nombreuses informations laissées sur Twitter.

Le 25 décembre, l'humoriste avait en effet posté ce message en plaisantant : « Avis aux cambrioleurs et à Voici: nous allons sortir vers 21h30 ». A priori rien de très grave, sauf que Michaël Youn avait, quelques semaines plus tôt, posté une photo prise de la fenêtre de son domicile de Montmartre. De quoi identifier sans problème l'adresse de la star par n'importe quel internaute… y compris les personnes mal intentionnées.

Risque sérieux pour les biens des personnes

C'est justement ce genre d'insouciances qui inquiète de plus en plus les compagnies d'assurance.

À trop en dire sur Twitter, Facebook et les autres réseaux sociaux, la divulgation d'informations personnelles peu en effet porter préjudice.

La compagnie d'assurance britannique Legal & General a étudié le sujet en 2009. Conclusion: 38 % des internautes publient des informations sur leurs vacances à venir. « Associé au fait qu'une proportion alarmante d'utilisateurs sont prêts à devenir virtuellement "amis" avec des gens qu'ils ne connaissent pas vraiment, c'est un risque sérieux pour les biens de ces personnes », expliquait l'assureur.

Pour Michaël Youn l'histoire s'est heureusement bien terminée. Ironie de l'histoire, c'est après avoir lancé un appel aux cambrioleurs sur Twitter que le comédien a pu retrouver son véhicule et ses objets personnels.