Prix, taux d'intérêt...le marché immobilier en 2016 et ce qu'il faut prévoir en 2017

Publié par le 11 janvier 2017

L'année 2016 s'achève sur un bilan exceptionnel dans le secteur immobilier. Les chiffres confirmés par les grands réseaux font état d'un bond important dans le nombre de transactions. Grâce aux taux d'emprunt très favorables et une légère baisse des prix, le secteur connaît un fort dynamisme, avec un pouvoir d'achat plus important pour les consommateurs.

Prix, taux d'intérêt...le marché immobilier en 2016 et ce qu'il faut prévoir en 2017

Pour le secteur de l'immobilier, le chiffre de l'année se situe à 840 000 transactions, soit 11,5 % d'augmentation sur toute la France et 15 % à Paris. C'est un véritable record depuis 10 ans.
Dans la capitale, le prix moyen d'achat affiché se monte à 396 904 € contre 202 698 € au niveau national.
Pour ce qui concerne les surfaces acquises, elles sont en moyenne en augmentation de 2m2 par rapport à 2015, pour atteindre 83.5m2 (dans le détail : 58m2 pour les appartements acquis et 112m2 pour les maisons).
Au niveau des acheteurs, durant l'année 2016 on compte 40 % des transactions effectuées par des primo-accédants, soit une hausse de 4 % par rapport à 2015.
Conséquence directe de cette conjoncture : les agences font état d'une légère augmentation du prix des biens, qui se monte à 1,9 % chez Orpi et 3,1 % chez Laforêt. De façon générale, les ventes dans l'immobilier ancien ont augmenté de manière significative : chez Century21, on annonce ainsi une augmentation de 15,1 %.


Cliquez ici pour comparer les assurances habitation

En 2017, les spécialistes s'accordent à confirmer une légère hausse des taux d'intérêt, qui a déjà été constatée en décembre 2016.
Cependant, la prévision la plus probable serait une lente progression en tenant compte des facteurs économiques récents (comme la hausse des taux de la FED).
Du côté des banques, les objectifs en termes de production de crédit immobilier restent très importants. Le prix de l'immobilier ne devrait pas connaître une hausse majeure, celui-ci ne dépendant pas uniquement de l'évolution des taux d'emprunt.