Qu’est-ce que l’assurance « Multirisque habitation » ?

Publié par le 5 août 2015

Vous ne le savez peut-être pas, mais tout locataire est tenu par la loi du 6 juillet 1989 de souscrire une assurance habitation. Dès la signature du bail ou l'acte de vente, dans le cadre d'un achat de résidence principale en copropriété, il est donc nécessaire d'être assuré auprès de l'organisme de son choix. Il est recommandé, la plupart du temps, d'opter pour un contrat Multirisque habitation. De quoi s'agit-il exactement ? Que comprend ce type de contrats ? Nous vous donnons les clés pour bien comprendre le contrat Multirisque habitation, autrement appelé MRH.

Qu’est-ce que l’assurance « Multirisque habitation » ?

Comment fonctionne l'assurance habitation ?

L'assurance habitation est en général constituée de deux types de couverture. D'une part, une protection est mise en place pour tout ce qui touche à votre logement et à l'ensemble des biens matériels qu'il contient. D'autre part, une couverture de votre responsabilité civile est également prévue. Cette dernière vous couvre dans le cas où vous ou toute autre personne qui vit sous votre toit causeriez des dommages à un tiers.

L'assurance habitation doit être conforme au contrat de base. Il vous faudra donc signaler tout changement relatif à votre habitation, tel que la construction d'une pièce supplémentaire, l'installation d'une cheminée ou la construction d'une piscine. De plus, si vous prévoyez de vivre à l'étranger pour quelques mois, par exemple, pensez à prévenir votre assurance, qui fixe souvent un délai maximum d'inoccupation. Si ce dernier est dépassé au moment d'un sinistre, vous pourriez bien ne pas être couvert.

Enfin, n'oubliez pas de vous protéger de toutes les mentions d'exclusions à la couverture de votre assurance. Ceci en vous assurant que tout est toujours fermé à clé chez vous, que vos fenêtres sont bien fermées dès que vous quittez votre domicile et que vous ne commettez aucune négligence qui pourrait déboucher à un sinistre.

Quelles sont les garanties de la Multirisque habitation ?

En général, les mêmes garanties sont présentes, d'un contrat Multirisques habitation à un autre. Les voici :

  • La responsabilité civile, qui couvre les frais liés à des dommages causés à une autre personne,
  • La couverture relative aux dégâts des eaux, qui couvre les dégâts causés dans votre logement ou chez vos voisins par une fuite d'eau, des infiltrations ou encore une rupture des canalisations,
  • La couverture incendie ou explosion, qui couvre les dégâts engendrés par le feu, la fumée et le passage des pompiers, dans le cas d'un incendie accidentel,
  • La couverture relative au vol, qui couvre vos biens et vous-mêmes, en fonction de votre contrat, en cas d'effraction ou de faits de violence avérés (attention aux exclusions),
  • La couverture liée aux catastrophes naturelles et technologiques, qui couvrira les dégâts à condition que la catastrophe naturelle ait fait l'objet d'une déclaration par arrêté interministériel,
  • La couverture bris de glace, qui couvre la casse accidentelle d'un miroir, d'une vitre ou d'une fenêtre,
  • La couverture actes de terrorisme et attentats, qui couvre l'assuré pour les dommages découlant d'actes de terrorisme ou d'attentats perpétrés sur le territoire national,
  • La couverture tempête, grêle et neige, qui se distingue de la garantie catastrophes naturelles et technologiques et énumère dans son nom les risques couverts.

L'assurance Multirisque habitation ne répond cependant pas au facteur négligence. Si l'expert envoyé par votre assureur peut prouver que vous avez fait preuve de négligence, vous ne serez donc pas assuré, ou vous le serez partiellement. Cela sera le cas si vous avez été cambriolé parce que vous avez laissé votre porte ou une fenêtre ouverte par exemple.

Choisir son assurance habitation en fonction de la valeur de ses biens

Afin d'être correctement couvert par votre assurance Multirisque habitation il vous faudra, dès le démarrage du contrat, bien évaluer la valeur de vos biens. En effet, le montant de vos mensualités sera déterminé par le risque que vous représentez pour l'assurance. Plus la valeur de vos biens est élevée, plus vous présentez de risques et plus vos cotisations sont importantes. Il est donc inutile de déclarer plus de biens que ce que vous possédez, d'autant plus que vous ne serez pas dispensé de la justification de la valeur du bien sinistré par une facture. Une légère surestimation est toutefois possible si vous comptez acquérir des biens de valeur prochainement.

Attention également à ne pas sous-estimer la valeur de vos biens pour payer vos mensualités moins chères. En effet, vous prendriez le risque, en cas de sinistre total, de constater que votre indemnisation maximum n'est pas suffisante, en rapport aux biens sinistrés.