Rallumer son chauffage : Quelle énergie est la moins chère ? Comment réduire sa facture ?

Publié par le 6 octobre 2015

L'automne est là et avec lui des températures en baisse. Dans les jours qui viennent il va falloir rallumer le chauffage, si ce n'est pas déjà fait. Chacun sait désormais qu'il faut éviter à la fois le gaspillage et la pollution. L'effort doit être collectif, mais chaque foyer peut aussi apporter sa contribution. 

Rallumer son chauffage : Quelle énergie est la moins chère ? Comment réduire sa facture ?

Vérifier son isolation

Un logement bien chauffé est d'abord un logement où l'isolation de chaque pièce est optimale. A défaut de quoi, malgré une installation de chauffage performante, même récente, vous allez trouver qu'il ne fait jamais assez chaud. Et en plus vous gaspillez de l'énergie ce qui signifie des factures importantes.
Une bonne isolation signifie : des portes et des fenêtres dont l'épaisseur est suffisante et la fermeture parfaite, des murs et un toit qui conservent la chaleur.

Bien piloter son chauffage

Le chauffage doit être adapté à l'utilisation que vous faites de chaque pièce : entrée, cuisine, séjour, chambre, salle de bain. En principe, seule la salle de séjour doit être bien chauffée durant plusieurs heures chaque jour. La salle de bain ne doit être chauffée que lorsqu'elle est utilisée. Et dans les chambres, sous la couette, a priori nul besoin d'être surchauffé. La nuit, 18° est la température optimale pour un bon sommeil.
Durant la journée s'il n'y a personne, le chauffage doit être mis en veille et réglé pour ne se remettre en route qu'en dessous d'une certaine température.

Installez des systèmes de déclenchement automatique de chauffage ou de chaudière qui permettent de piloter le système à la demi-heure près. Et entretenez régulièrement votre installation. Cela permet d'optimiser son efficacité, de la conserver plus longtemps en bon état, et d'éviter le gaspillage.

Pour en savoir sur l'obligation d'entretien de votre chaudière : voir l'article

Repenser l'aménagement intérieur

Même dans un logement correctement isolé et chauffé, on peut continuer à trouver qu'il fait froid. C'est le cas, par exemple si on reste longtemps immobile au milieu d'un courant d'air, à côté d'une grande fenêtre ou les pieds sur du carrelage.Pour éviter de pousser le chauffage à fond, commencez par repenser la disposition des meubles en fonction des sources de chaleur, d'air, de froid.

Exemple : pour regarder un film, lire, téléphoner ou somnoler, placez fauteuils et canapés de telle manière qu'aucun courant d'air ne soit pas orienté vers vous. Fermez les portes de chaque pièce pour éviter les transferts de chaleur. Devant les baies vitrées accrochez des rideaux. Et au sol posez un épais tapis.

Combien ça coûte de se chauffer ? 

En septembre 2015, dans l'ordre du plus au moins cher, abonnement compris :

  • le prix de l'électricité est stable après une hausse continue depuis 10 ans : 15,43 centimes d'euro TTC pour 100 kWh TTC ;
  • les prix du gaz naturel et du fioul domestique sont toujours en baisse : respectivement 7,53 cents et 7,32 cents pour 100 kWh TTC ;
  • les pompes à chaleur coûtent en moyenne 5,80 cents pour 100 kWh
  • les granulés de bois et le bois coupé restent les énergies les moins chères, en légère hausse : respectivement 6,77 cents et 3,4 cents pour 100 kWh.
Pour rappel, 1 kWh correspond à l'énergie consommée par un appareil d'une puissnace de 1000 watts pendant une heure.

Quant à leurs émissions de CO2 totales (production + transport + combustion), la palme revient bien-sûr au fioul domestique (300g par kwh), suivi du gaz 234g/kWh et de l'électricité : entre 180g et 600g/kWh selon sa source de production. Les pompes à chaleur ne produisent que 32g par kWh et le bois, en bûches ou granulés, environ 13g (source Acqualys).