"Ras le vol" ! Les chantiers de constructions trop souvent victimes

Publié par le 8 octobre 2012

Les vols sur les chantiers de construction sont de plus en plus fréquents. Effectivement, des logements non achevés peuvent être déjà victimes de cambriolages. Ce n'est pas l'assurance habitation du propriétaire qui prend en charge ces vols, mais l'assurance professionnelle souscrite pas les professionnels de la construction.

Un coût énorme pour les assureurs

1 à 2 milliards : c'est la somme que les assureurs professionnels doivent prendre en charge tous les ans pour des déclarations de vol sur les chantiers. Une opération « Ras le vol » est alors lancée. Objectif : expérimenter de nouvelles méthodes de sécurisation des chantiers, pour éviter la subtilisation de matériel et/ou d'engin de construction. Le but est de réduire ainsi le cout des constructions. En moyenne, les pillages représentent 2% de ce cout. En effet, pour une maison en construction de 200 000€, 4000€ correspondent aux frais d'assurance pour les biens pillés.

Le prix des assurances est touché par ce phénomène. Ces 1 à 2 milliards pris en charge par les assureurs se répercutent sur le cout d'un contrat d'assurance. Les cotisations sont plus élevées, et cela ne concerne pas uniquement les assurances professionnelles souscrites pour les chantiers. Les assurances des maisons sont également victimes, puisque les assureurs répartissent les pertes sur l'ensemble de leurs cotisations.