Nouveaux adeptes du running, êtes-vous bien assurés?

Publié par le 24 mars 2016

A l'occasion du Salon du running, le plus grand salon pour la course à pied en France qui fermera ses portes la veille du Marathon de Paris (3 avril 2016), Hyperassur.com informe sur les risques et les assurances pouvant encadrer cette pratique devenue tendance.

Nouveaux adeptes du running, êtes-vous bien assurés?

Quelle protection pour les adeptes du jogging ?

Courir : la nouvelle passion des Français

D'après l'Observatoire international de la consommation sportive de l'Essec, le running est la 3ème discipline la plus pratiquée en France après la natation et le fitness. Le running fait de nouveaux adeptes tous les jours, ils seraient au total près de 8 millions de pratiquants réguliers. Un chiffre qui aurait augmenté de presque 2 millions sur les deux dernières années (chiffres Kantar). Depuis plus d'une dizaine d'années, il s'agit de l'unique pratique sportive qui progresse significativement.

Cette progression s'explique par différents points :

  • Possibilité de pratiquer le running n'importe où (rue, parc, etc.) : la plupart des individus vont courir dans un périmètre proche de chez eux.
  • Possibilité d'adapter son parcours en fonction du temps libre : la population urbaine, notamment les individus dotés d'un revenu supérieur à la moyenne représentent une grande partie des runners.
  • Accessibilité pour tous : la pratique du running nécessite seulement l'achat d'une tenue et d'une paire de baskets.

Est-il nécessaire de disposer d'une assurance pour courir ?

Rien n'impose aux runners de souscrire une assurance, mais pratiquer une activité sportive n'est pas sans risque et celle-ci peut rapidement être écourtée si la personne n'est pas couverte par certaines garanties.

En effet, que l'on soit victime ou responsable d'un dommage engendré suite à la pratique de la course à pied, ou d'un autre sport d'ailleurs, les conséquences matérielles, corporelles et pécuniaires peuvent être importantes. En France, chaque année 1 personne sur 10 est victime d'un accident pendant la pratique d'une activité physique ou sportive.


Quelles assurances pour les runners ?

Vous êtes un coureur non-licencié

Le running peut être pratiqué sans forcément adhérer à un club. Ainsi, le coureur ne peut compter que sur les contrats d'assurance auxquels il est rattaché en cas d'accident provoqué ou subi. Lorsqu'une personne pratique la course à pied, si elle blesse quelqu'un par sa faute ou son imprudence, conformément aux articles 1382 et 1383 du code civil, cette dernière est civilement responsable. Mais sa responsabilité civile, généralement acquise dans son contrat multirisque habitation, lui portera assistance sans se préoccuper qu'elle soit en train de courir ou de marcher lors de l'incident.

Que ce soit pour une personne adulte ou un enfant mineur pratiquant la course comme loisir, le contrat d'assurance multirisques habitation comporte une garantie "responsabilité civile" qui prend en charge les dommages causés à autrui (exemple : percuter un autre coureur dans un parc et le blesser). Vérifier au préalable que le running ou le sport que vous pratiquez régulièrement ne fait pas partie des exclusions de votre contrat. Dans la majorité des cas, les activités sportives sont couvertes par les contrats, sauf si l'assuré prend part à une compétition.

Vous êtes licencié dans un club

Lorsque la course à pied se déroule au sein d'un club, en principe l'adhésion offre une protection lors des entraînements et des compétitions, au minimum la responsabilité civile. Pour ce qui est de la licence de la Fédération Française d'Athlétisme, celle-ci prévoit une garantie individuelle accident qui indemnise le coureur en cas de dommages corporels, que sa responsabilité soit engagée ou non. Par ailleurs, la FFA a prévu les cas où les coureurs amateurs prennent part à une course sans licence ou assurance suffisante. Soit ils ont souscrit le Pass'Running (25 €), titre annuel pour les non-licenciés qui offre des garanties équivalentes à la licence, soit l'épreuve prévoit un contrat ponctuel qui protège les participants dès lors qu'ils se sont acquittés de l'inscription.

Attention, certains contrats comme l'assurance vie ou l'assurance décès prévoient une longue liste d'exclusions. Si certains sports sont considérés comme dangereux à l'image de l'alpinisme, la voltige aérienne ou encore la plongée, il se peut que la participation à une compétition de course à pied et notamment à une épreuve aussi exigeante physiquement qu'un marathon fasse partie aussi des cas non couverts. Les garanties et indemnisations prévues dans ces contrats vous seront-elles acquises si vous étiez victime d'un incident pendant un marathon ? Cela vaut le coup de vérifier. D'autre part, pour obtenir une meilleure indemnisation de ses propres dommages corporels et plus particulièrement du préjudice financier en cas d'arrêt de travail ou d'incapacité, il existe la garantie des accidents de la vie (GAV).

Cette dernière peut être souscrite de manière individuelle ou familiale. Il s'agit d'un contrat d'assurance indépendant (à partir de 20 à 30 € /mois en moyenne pour un couple avec enfants) ou optionnel au contrat d'assurance multirisques habitation (moins de 10 €/mois en moyenne en plus de la cotisation à la MRH). Comme toujours, quelle que soit la pratique sportive, il convient de vérifier au préalable qu'elle ne fait pas partie des exclusions.