Tout savoir sur les résidences secondaires à l’étranger

Publié par le 11 septembre 2015

Il est plaisant de s'imaginer partir dans sa résidence secondaire pour les prochaines vacances afin d'y passer des moments de détente, loin du stress et de la ville. De plus en plus de Français font d'ailleurs le choix d'acheter une résidence secondaire à l'étranger en raison de l'annonce de taxation importante en France et afin de s'éloigner au maximum de leur environnement quotidien. Cependant, cette deuxième maison peut générer beaucoup de stress tout au long de l'année. Inquiétude liée à un sinistre, peur d'un cambriolage, absence prolongée : autant de facteurs qui vous poussent à vous poser des questions. Nous sommes là pour y répondre.

Tout savoir sur les résidences secondaires à l’étranger

Comment assurer sa résidence secondaire à l'étranger ?

Vous vous demandez comment assurer votre assurance secondaire à l'étranger ? Sachez que certaines compagnies y sont très réticentes ou appliquent des tarifs très élevés pour ce type de prestations. Cela est dû aux risques plus importants liés à l'éloignement et à vos absences prolongées.

Il existe deux manières différentes d'assurer votre résidence secondaire à l'étranger auprès de votre assureur ou plus généralement auprès d'un assureur local :

Étendre les garanties de sa Multirisque habitation

La plupart des assureurs le proposent. Mais rares sont ceux qui le font réellement lorsque la résidence se trouve à l'étranger. Vous aurez donc sûrement du mal à opter pour cette option. De plus, cela entraîne bien entendu une augmentation des cotisations mais permet l'extension des garanties de votre contrat Multirisque habitation à votre résidence secondaire. Toutefois, vous ne pourrez pas comparer les tarifs avec ceux des autres compagnies d'assurance, ainsi que les garanties proposées.

Souscrire une assurance résidence secondaire spécifique auprès d'un assureur local

C'est de loin la meilleure solution car elle vous permet de souscrire une assurance spéciale qui prend en compte vos absences et l'éloignement du logement secondaire. En général, l'exclusion liée à la clause d'inoccupation saute, ce qui n'est pas le cas avec une extension de la MRH. Veillez tout de même à vérifier cet avantage et que le tarif soit raisonnable par rapport au temps que vous penser passer dans votre résidence secondaire.

Soyez également attentif à la garantie de responsabilité civile. Souvent proposée dans ce type de contrat, elle ne protège pas votre logement à proprement dit. Par ailleurs, vous la possédez sûrement déjà via votre contrat d'assurance habitation.

Résidence secondaire à l'étranger : gare à la fiscalité

Avant toute chose, n'oubliez pas de déclarer au fisc tous les revenus générés par votre résidence secondaire dans l'hypothèse où vous souhaiteriez la louer en votre absence afin de la rentabiliser. A défaut, vous seriez considéré comme contrevenant à l'impôt sur la fortune.

Une autre donnée réclame toute votre attention puisqu'elle risque de vous coûter cher et de vous poser de nombreux soucis : la fiscalité du pays concerné. Nous vous conseillons vivement, avant d'acheter votre résidence secondaire à l'étranger, de vous renseigner sur la localité concernée, sur ses particularités fiscales et sur ses lois à l'encontre des acheteurs étrangers, parfois taxés au-delà du raisonnable.

La taxation de la résidence secondaire, c'est-à-dire les impôts fonciers et locaux, sera définie selon la fiscalité du pays où elle se trouve. Dans certains pays, cela est bien plus avantageux que dans d'autres. Au Maroc par exemple, les revenus fonciers sont exonérés, tandis qu'en Espagne, les Français achetant une résidence secondaire sont soumis à l'impôt des non-résidents. Prenez également garde aux frais de notaire, au moment de l'achat, qui peuvent doubler d'un pays à un autre.