Travaux et économies d’énergie: comment bénéficier du crédit d’impôt?

Publié par le 19 janvier 2015

Vous avez entendu dire qu'il était possible d'obtenir certaines aides financières lors de l'installation d'un moyen de chauffage ou du renouvellement de l'ancien ? C'est vrai, mais sous certaines conditions, d'ailleurs renforcées depuis le 1er janvier 2015. Hyperassur fait le point.

Travaux et économies d’énergie: comment bénéficier du crédit d’impôt?
- Faire appel à un professionnel labellisé RGE
Ceux qui pensaient bénéficier du crédit d'impôt pour la Transition Energétique (CITE) en installant eux-mêmes une chaudière ou une pompe à chaleur peuvent oublier l'économie envisagée. Déjà en vigueur avant le 1er janvier 2015, les travaux doivent être réalisés par un professionnel, le crédit d'impôt étant calculé sur la base des factures fournies. La nouveauté est que ce professionnel doit de plus être labellisé RGE (Reconnu Garant de l'Environnement), ce qui limite d'autant la liste des entreprises.

- Taux unifié, des plafonds à respecter
Deux bonnes nouvelles toutefois puisque le seuil de revenu est supprimé et que les deux taux de 15 ou 25 % selon la nature des travaux est dorénavant unifié à 30 %. Le montant des dépenses est par contre plafonné à 8 000 € pour une personne seule et à 16 000 € pour un couple + 400 € par enfant à charge.

- Réservé aux équipements performants
Pour bénéficier du crédit d'impôt, le matériel installé doit, soit utiliser des énergies renouvelables, soit être d'un rendement supérieur à celui des installations traditionnelles. À noter que les installations fonctionnant avec des panneaux photovoltaïques et celles récupérant les eaux de pluie ne sont pas éligibles.

- Crédit d'impôt : intéressant ou pas ?
Tout dépend de votre situation au regard de l'impôt sur le revenu. Les bricoleurs non imposables ne seront pas lésés puisque ne pouvant bénéficier de cette aide. Pour les autres, il s'agit de calculer si le fait d'effectuer soi-même les travaux est rentable ou pas. Ne pas oublier de prendre en compte qu'une pose défectueuse peut comporter certains risques et dépenses supplémentaires et au final effacer les économies réalisées.