Vol moto : Faut-il un antivol homologué pour prétendre à une indemnisation ?

Publié par le 12 novembre 2015

70 000 en 2013, 60 000 en 2014, le nombre de deux roues volés en France est en baisse. Pour autant il faut rester vigilant car une moto ou un scooter peut vite disparaître. Et si cela vous arrive, êtes-vous sûr de pouvoir prétendre à une indemnisation ? Disposez-vous du bon antivol (agréé SRA ou norme NF-FFMC) pour protéger votre moto, mais surtout pour garantir un remboursement ? Explications.

Vol moto : Faut-il un antivol homologué pour prétendre à une indemnisation ?

Les chiffres du vol de deux roues

Un véhicule volé sur dix est une moto ou un scooter, un chiffre étonnant, voire alarmant, quand on sait que les deux roues ne représentent que 2 % du trafic. Parmi les statistiques du vol, relevées par l'Observatoire ICA en 2014, on notera aussi que 90 % des vols ont lieu en milieu urbain, la majorité sur la voie publique, mais aussi bien le jour que la nuit.
Et les voleurs utilisent presque toujours la même technique, celle de l'enlèvement du véhicule (90 % des cas). Soulevé puis chargé dans un utilitaire, il disparaît sans laisser de trace. S'il est protégé par un antivol, celui-ci sera découpé plus tard à l'abri des regards.


Quel antivol choisir ?

Il est donc important de choisir un bon antivol spécial moto ou scooter et surtout de l'arrimer à un point fixe., il s'agit aujourd'hui de la solution la plus efficace pour dissuader les indélicats. Il est également plus judicieux de faire passer l'antivol par le cadre ou les tubes de fourche du véhicule que par une roue dont le démontage est possible.
Mais attention, tous les systèmes ne se valent pas, c'est pourquoi nous les avons classés par ordre d'efficacité :

  • L'antivol U. : reconnu comme le meilleur des antivols moto, il convient cependant de choisir un modèle adapté à la machine (longueur, diamètre et écartement des branches). Il sert à attacher la moto ou le scooter à un point fixe
  • La chaîne antivol .: longtemps elle a eu mauvaise réputation mais grâce aux nouveaux matériaux elle est devenue plus efficace, surtout si son système de fermeture est lui aussi homologué par les assureurs. Attention, une fois attachée elle ne doit pas être trop longue ou toucher terre sous peine de faciliter la tâche aux voleurs.
  • Le bloc-disque. : il ne peut à lui tout seul garantir la sécurité de votre machine. Si les voleurs glissent une planche à roulette sous la roue bloquée, ils peuvent facilement déplacer votre moto. Il est utile en complément d'un U ou d'une chaine car dissuasif.
  • Les dispositifs électroniques : alarme, géolocalisation, anti-démarrage., là encore ils peuvent agir en complément d'un antivol dit mécanique mais ne peuvent empêcher le vol.

Mon assureur peut-il m'imposer une norme pour mon antivol ?

Aucune loi ne vous impose l'achat de tel ou tel antivol, la seule obligation pour un deux-roues, en dehors de l'assurance au tiers, est le port du casque depuis 1973. Toutefois, votre contrat d'assurance peut, lui, refuser de vous indemniser si vous n'êtes pas en mesure de prouver la protection de votre moto par un antivol agrée..

Les assureurs exigent la plupart du temps un antivol agréé SRA (Sécurité et Réparation Automobiles). Le label SRA pour les antivols .garantit en fait une certaine résistance aux agressions selon un cahier des charges très précis.
Il en va de même pour la norme NF (délivrée par l'AFNOR, pour en savoir plus) que peuvent aussi exiger les assureurs. Cette dernière est généralement associée à un troisième label, celui de la Fédération Française des Motards en Colère, la FFMC qui publie une liste des antivols qu'elle recommande (voir la liste).
A noter que certains antivols peuvent porter toutes ces normes, mais rien ne garantit qu'ils empêcheront à 100 % le vol de votre machine. Ils vous garantiront surtout une indemnisation par votre assureur qui précisera au contrat la norme et le type d'antivol..

En effet, chaque assureur est libre de déterminer une liste d'antivols agrées, en refuser certains comme les blocs-disques même s'ils profitent d'un agrément et peut même associer l'antivol à un type de stationnement précis (parking couvert ou box fermé). Soyez donc vigilant à la lecture de votre contrat, conservez la facture d'achat de votre antivol .et envoyez une copie à votre compagnie.

Pour finir, sachez que la meilleure sécurité reste la vigilance. Le vol est souvent une question d'opportunité, ne tentez pas les voleurs et n'hésitez pas à dépenser quelques euros de plus pour un bon système antivol.