Assurance Obsèques-Assurance Décès : Ne les confondez plus

Publié par le 30 octobre 2014

Il est parfois compliqué de distinguer assurance vie, assurance décès et assurance obsèques. Voici quelques clefs pour ne plus confondre ce type de contrats.

Assurance Obsèques-Assurance Décès : Ne les confondez plus

En souscrivant une assurance obsèques, comme une assurance décès, vous permettez à vos proches de bénéficier d'une aide lorsqu'ils font face à un décès. Ces deux assurances dites de « prévoyance » sont toutefois différentes sur certains points. A l'inverse, une assurance en cas de vie n'est pas directement relative au décès et a pour objectif la constitution et la valorisation d'un capital sur le long terme.

Qu'est-ce qu'une assurance obsèques ?

La couverture obsèques permet d'anticiper les frais malvenus lors d'un décès et d'alléger l'organisation des funérailles.

Elle s'adresse, sauf cas particulier, à toutes les personnes âgées de moins de 80 ans. Dans la majorité des contrats, il s'agit de l'âge limite.

Le montant des cotisations varie en fonction de l'âge de l'assuré. Sachez que plus vous souscrirez tard, plus les cotisations pour financer vos obsèques seront importantes. Le capital acquis est ensuite remis à une entreprise de pompes funèbres ou à la personne de votre choix.

A savoir : le coût des obsèques s'élève en moyenne à 4 000 € pour une inhumation et à 2 500 € pour une crémation. Bien souvent, ces frais doivent être assumés par les proches. Souscrire une assurance obsèques, c'est ainsi choisir ses funérailles, leur montant et ne pas obliger ses proches à faire des choix pénibles durant ces moments difficiles.

A ne pas confondre avec l'assurance décès

A l'inverse, une assurance décès est un contrat qui vous permet d'assurer votre vie contre les risques de décès, d'invalidité totale et de perte d'autonomie. Ainsi, si l'assurance obsèques a pour but principal de financer et d'organiser vos obsèques, une assurance décès vise à protéger vos proches et à garantir leur avenir.

Il s'agit d'une protection financière pour vous et votre famille (conjoint, enfants, parents…). En effet, ce type de contrat prévoit le versement d'un capital ou d'une rente (de quelques milliers d'euros seulement jusqu'à plusieurs centaines de milliers d'euros si nécessaire) suite à des cotisations régulières. Ces apports peuvent augmenter rapidement selon l'âge de l'assuré.

L'assurance décès s'adresse donc en priorité à une personne qui assure seule les revenus du foyer et qui souhaite protéger ses proches au cas où elle viendrait à ne plus pouvoir assumer cette charge.

Lorsqu'un événement d'une telle ampleur intervient, l'équilibre financier de la famille se trouve remis en cause et les prestations prévues par la Sécurité sociale se révèlent le plus souvent insuffisantes. Il y aura donc versement d'un capital important si le décès ou la perte d'autonomie intervient avant le terme de la garantie.

Ces assurances n'apportent en revanche qu'une couverture très étroite puisqu'il existe le plus souvent plusieurs exclusions : le suicide durant la première année suivant la souscription, l'usage abusif de drogues, stupéfiants et médicaments non prescrits, les attentats ou les mouvements populaires. Des variations existent aussi en fonction de la profession exercée et des risques que celle-ci fait encourir. D'autres exclusions portent encore sur les sports à risque ou la conduite d'avions. Enfin, il faut être très prudent car les assurances décès les plus basiques ne couvrent que les décès accidentels causés par un événement extérieur et soudain.

Pensez à faire jouer la concurrence car il est possible de trouver des assurances « toutes causes » à un prix relativement proche des assurances « décès accidentel » selon les assureurs auxquels vous vous adressez. Pour cela, vous pouvez utiliser des comparateurs d'assurances.

A ne pas confondre avec l'assurance vie

Une assurance vie, quant à elle, est un contrat le plus souvent souscrit, sans limitation de durée, en vue de la constitution et de la valorisation d'un capital sur le long terme. L'assurance en cas de vie vise à garantir le versement d'un capital ou d'une rente si le contrat arrive à son terme. Le but est de disposer d'un capital disponible à une date déterminée à l'avance. Les versements (appelés « primes ») donnent lieu à des intérêts, qui sont capitalisés jusqu'à la date d'échéance.

L'épargnant choisit de souscrire un contrat avec une gestion risquée ou prudente. L'assurance vie offre en effet une grande diversité de solutions tant pour dynamiser l'épargne investie (fonds en euros sécurisé, fonds en unités de compte liés aux marchés financiers, OPCVM…), que pour alimenter le contrat (versements libres, versements programmés…).

Ce type de contrat permet de répondre à différents besoins : épargner, se constituer un complément retraite, profiter d'une fiscalité avantageuse, transmettre un patrimoine à la personne de son choix, financer un projet, etc.

Les rendements peuvent être attractifs, mais il reste que tous les épargnants ne sont pas à égalité : les intérêts capitalisés font le grand écart selon les fonds. De plus, il faut savoir que les assureurs se rémunèrent en prélevant divers frais : frais d'entrée, frais sur versements, frais de gestion et autres frais divers. N'oubliez pas de faire jouer la concurrence.

Enfin, retenez que l'assuré peut récupérer son capital à tout moment, augmenté des produits accumulés, au bout d'un certain délai. D'autre part, si le souscripteur décède en cours de contrat, le capital constitué est versé aux bénéficiaires.