Qui désigner pour la cérémonie religieuse des funérailles ?

Publié par le 21 juin 2016

Selon la religion du défunt ou ses volontés, les obsèques seront accompagnées d'une cérémonie religieuse au cours de laquelle les proches se réuniront pour évoquer ensemble la mémoire du disparu. La personne qui conduira la cérémonie aura la charge de respecter les convictions et les souhaits exprimés par le défunt et d'organiser le déroulement de l'ensemble des chants et des prières prévus en accord avec la famille.

Qui désigner pour la cérémonie religieuse des funérailles ?

Le choix du prêtre et son rôle dans la cérémonie

Le prêtre en charge de la cérémonie, qu'il s'agisse d'un rabbin dans le cas d'obsèques juives, d'un prêtre catholique (un curé) ou protestant (un pasteur), ou encore d'un imam pour les obsèques d'une personne de confession musulmane, est généralement celui qui accompagnait le défunt de son vivant. S'il n'est pas possible que la personne en charge de la paroisse du défunt soit celle qui s'occupe des obsèques, ou si le défunt avait exprimé le souhait que la cérémonie soit assurée par un prêtre en particulier, il est tout à fait possible de faire appel à ce dernier.

Le prêtre qui connaissait la personne décédée personnellement pourra évoquer des souvenirs plus facilement, citer les personnes dont elle se sentait proche, et évoquer des sujets qui lui étaient chers. Il saura également quelles musiques, quels chants, quels textes religieux et quelles prières le défunt aurait souhaité durant la cérémonie. C'est donc le choix à privilégier autant que faire se peut.

Si le défunt n'avait exprimé aucun souhait particulier à ce sujet, c'est à la famille de déterminer le type d'obsèques qu'il ou elle aurait souhaité et de désigner le prêtre qui aurait eu sa préférence pour officier. Il faut prendre soin d'organiser les obsèques en accord avec le prêtre, qui est parfois très sollicité et devra choisir une journée dans son emploi du temps. Il faut également se souvenir que les obsèques ne peuvent pas se dérouler le dimanche ni les jours fériés, sauf dérogation exceptionnelle accordée par le préfet de police.

Dans certains cas, dans lesquels une cérémonie religieuse n'est en principe pas possible, il faut s'entretenir avec le prêtre pour trouver un accord. Ainsi, la religion catholique a longtemps refusé des messes funéraires aux personnes suicidées, mais la position du Vatican a désormais assoupli sa position concernant ce cas de figure.

En revanche, une personne qui n'est pas baptisée ne devrait pas avoir droit à des obsèques chrétiennes. Cependant, il ne s'agit pas d'une interdiction catégorique et tout prêtre peut choisir de célébrer de telles obsèques si la famille en fait la demande, ou si le défunt en avait exprimé le désir de son vivant. Une telle cérémonie ne peut pas s'accompagner d'une messe avec une communion, car le fait de communier est l'expression d'une foi avérée. Le rituel doit alors être adapté pour correspondre à la situation.

Si une personne se convertit à une religion peu de temps avant de mourir, il est bien entendu possible de procéder à une cérémonie religieuse complète.

Une cérémonie religieuse sans prêtre est-elle possible ?

Le nombre de prêtres chrétiens étant en constante diminution, des solutions ont été trouvées pour pallier à ce déficit.

A présent, il est possible à des personnes dûment habilitées de procéder à une cérémonie religieuse à la place d'un prêtre. Il s'agit dans ce cas de laïcs bénévoles, qui ont reçu une formation de quinze jours et dont le service a été reconnu de façon officielle par le représentant d'un Évêque. Ils peuvent organiser ce que l'on appelle la pastorale des funérailles, une cérémonie reconnue par l'Église et toute la communauté ecclésiale.

Il s'agit d'une évolution récente, entérinée par un décret de novembre 2006, qui a été rendue possible par le fait que les funérailles ne constituent pas à proprement parler un sacrement. Il n'est donc pas indispensable qu'elles soient célébrées par un prêtre.

Il est d'ailleurs écrit dans Lumen Gentium n°10 du concile Vatican II : "Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ou hiérarchique, qui ont entre eux une différence essentielle et non seulement de degré, sont cependant ordonnés l'un à l'autre : l'un et l'autre, en effet, chacun selon son mode propre, participent de l'unique sacerdoce du Christ".

Bien que les coûts liés à une messe d'enterrement ne soient ni fixes ni obligatoires, les frais d'obsèques sont quant à eux nombreux et élevés. Il peut être judicieux de s'orienter vers une convention obsèques qui pourra soulager vos proches le moment venu.