Conseils généraux : comment bien organiser ses obsèques de son vivant

Publié par le 24 juin 2015

Organiser les obsèques d'un proche est une chose difficile. En sachant cela, de plus en plus de français font le choix d'anticiper  et souscrivent à un contrat assurance obsèques qui leur permet de tout organiser dans les moindres détails. Ainsi, au moment de leur décès, la totalité des frais sera payée et les décisions importantes seront prises et imposées.

Conseils généraux : comment bien organiser ses obsèques de son vivant

Assurance obsèques : parlez-en avec vos proches

Étant donné que la loi oblige aux proches de respecter les volontés du défunt exprimées dans le cadre du contrat obsèques, il est préférable de parler de vos choix à vos proches afin de ne pas les brusquer le jour venu.

S'ils sont parfaitement au courant de vos volontés dix ans avant que vous ne disparaissiez, les choses leur sembleront alors plus naturelles et ils ne tenteront pas de les contester.

De plus, et puisque vous réglez la somme entière, il est très important de prévenir vos proches de son existence afin qu'ils sollicitent votre prestataire au moment venu. Il vous sera d'ailleurs demandé de désigner un bénéficiaire si jamais vous investissez du capital. Il vous faudra bien entendu le prévenir et lui donner les coordonnées de votre assureur.

Organiser ses obsèques : des choix à faire

Il vous sera demandé en premier lieu de faire un choix entre inhumation ou crémation. Dans le premier cas vous serez mis en terre. Dans le second cas vous serez incinéré puis vos cendres seront soit conservées en caveau ou chez vos proches, soit dispersées dans le jardin du souvenir proche du crématorium.

Si vous ne précisez pas de choix spécifique, l'inhumation sera choisie par défaut.

Bon à savoir : « Sachez que vos proches peuvent contester une crémation si cette dernière n'est pas clairement notifiée sur un contrat obsèques. Veillez donc à protéger vos volontés. »

Dans le cas d'une inhumation, il vous faudra désigner le cimetière de votre choix et la concession achetée s'il y a lieu. En général, il s'agit du cimetière de la ville de résidence, où une place revient de droit au défunt. Vous pouvez opter pour un placement dans le caveau familial ou bien acheter une concession pour 5 ans, 15 ans, 30 ans, 50 ans ou pour une durée illimitée.

Prenez soin de bien vérifier votre contrat

Vous avez le temps ! Vous n'êtes pas confronté à l'urgence ou à une peine importante. Vous avez donc tout le loisir de revoir le contrat, de revenir sur les clauses, de négocier l'offre faite par l'organisme de pompes funèbres que vous avez désigné comme prestataire.

Il vous faudra prévenir votre assurance, une fois le contrat de prestations signé et vous assurer que l'offre proposée par les pompes funèbres est compatible avec la sienne. Pensez à vérifier les mentions une à une.

Si vous optez pour la crémation, rayez les mentions inutiles relatives à l'entretien de la tombe, le dépôt régulier de fleurs, etc.

Pensez d'ailleurs à revenir sur ce contrat environs tous les dix ans afin de vous assurer des évolutions législatives, des nouvelles obligations ou de la levée de certaines contraintes qui pourraient faire évoluer les tarifs. Ainsi, vous aurez l'esprit tranquille.