Prêt immobilier

Prêt immobilier

Publié par le 15 novembre 2010

Pas question de décrocher un prêt immobilier sans se garantir contre les risques d’incapacité, d'invalidité et de décès. Et jusqu'ici, on n'avait presque jamais d'autre choix que d'adhérer au contrat imposé par la banque. « Or, depuis le 1er septembre, les établissements préteurs ne peuvent plus refuser une assurance souscrite ailleurs, si celle-ci offre des garanties équivalentes à celle de leur contrat, explique Stanislas Di Vittorio (Assurland.com). Et Si l’emprunteur décroche une offre moins chère, la banque n'a pas le droit de remonter le taux du prêt. » C'est plutôt une bonne nouvelle.

Quelle assurance me faut-il ?

Pour ne pas risquer un refus de prêt de la banque, vous devez présenter une assurance dotée de garanties au moins équivalentes à celles de son contrat groupe. En principe, toutes les sociétés et les courtiers connaissent le contenu de ces contrats, et peuvent vous offrir des formules comparables. Dans le doute, fournissez-leur la proposition qui accompagne votre offre de prêt, afin de leur demander un contrat similaire. Si votre banquier ne vous a pas remis votre notice d'assurance, rappelez-lui que cela fait partie de ses obligations légales.

Je la trouve où ?

La plupart des sociétés d’assurance, des mutuelles et des courtiers, comme April, MMA, la MAAF, Generali, la MAIF... commercialisent des contrats individuels qui peuvent se substituer aux contrats groupe proposés par les banques. Vous pouvez vous faire une première idée des tarifs en visitant les sites comparateurs comme Hyperassur, Assurland ou Empruntis, qui disposent tous d'un espace dédié à l'assurance emprunteur. Tout en sachant qu'ils ne recensent pas tous les opérateurs du marché. N’hésitez pas à demander des devis à d'autres compagnies et mutuelles. La plupart permettent de réaliser des simulations en ligne.

Est-ce toujours plus intéressant?
« Les tarifs des contrats individuels sont particulièrement intéressants pour des emprunteurs jeunes (moins de 45 ans, voire 35 ans selon les contrats), en bonne santé... et non-fumeurs », explique Laurent MONARQUE d’April Santé Prévoyance. Sur ces profils, le gain peut atteindre, voire dépasser 50% par rapport à l’assurance de leur banque. Ils sont souvent avantageux pour les seniors (après 60 ans), ou encore les gains portant sur des capitaux élevés. » En revanche, entre 40-45 ans et 60 ans, le contrat groupe de la banque peut s’avérer le plus intéressant.