Faut-il assurer un prêt relais ?

Publié par le 17 novembre 2015

Environ une acquisition immobilière sur cinq est financée avec l'aide d'un prêt relais. Il s'agit d'un montage financier qui permet d'acheter un nouveau bien sans attendre la vente de l'ancien. Des spécificités qui n'empêchent pas les organismes prêteurs d'exiger une assurance pour garantir un crédit relais. Explications.

Faut-il assurer un prêt relais ?

Non obligatoire par la loi, l'assurance de prêt reste pourtant dans les faits une condition nécessaire à l'obtention d'un crédit, immobilier notamment. Cela est valable pour un crédit immo classique, mais aussi pour un prêt relais pour lequel les Français ont une réelle appétence, jusqu'à 20 % des projets sont financés via ce produit.


Rappel du fonctionnement d'un prêt relais

Pour les plus novices, le prêt relais consiste pour la banque à avancer les fonds pour l'achat d'un nouveau bien en les garantissant sur la vente de l'ancien bien. Il s'agit d'une avance sur le bien à vendre qui permet à l'emprunteur de ne pas rater une belle opportunité sur le marché de l'immobilier, en achetant un nouveau logement sans attendre la vente de l'actuel. Cela lui évitera aussi les frais de location d'un logement entre la vente de l'ancien bien et l'achat du nouveau. Grâce au prêt relais, il pourra emménager directement dans son nouveau logement.
Il lui faudra cependant garder un œil sur la vente du précédent logement car le crédit relais à une durée limitée, généralement moins de deux ans. Autre particularité, son montant est inférieur généralement au prix réel du bien à vendre, entre 60 et 80 %. En effet, après l'estimation du bien à vendre par un expert, il s'agit pour la banque de se protéger et de protéger son client qui sera peut-être obligé de baisser le prix pour vendre.
Pour compléter l'achat du nouveau bien, l'emprunteur devra bien souvent contracter un crédit classique (crédit adossé) dont il commencera à rembourser les mensualités dès la signature du contrat. Des mensualités que viendront compléter les intérêts et l'assurance du prêt relais. En effet, le prêt relais n'est pas amortissable, c'est à dire que son capital n'est à rembourser qu'au moment de la vente ou à la fin du contrat (2 ans). En attendant la vente, l'emprunteur ne doit rembourser que le coût du crédit relais, c'est à dire les intérêts et l'assurance.


Un prêt à assurer comme les autres

L'assurance d'un prêt relais, justement, a pour but, comme l'assurance d'un prêt immo classique, de garantir son remboursement. Elle est là pour protéger le prêteur d'une défaillance de l'emprunteur suite à une maladie ou un accident.
Son fonctionnement est identique à une assurance de prêt standard, ainsi sa durée de vie est limitée à celle du crédit, elle doit garantir 100 % de la somme à répartir sur les emprunteurs, et son montant est exprimé sous la forme d'un taux, en moyenne 0,40 % par emprunteur auprès des banques.
Précisons toutefois que le prêt relais étant limité dans le temps, les garanties proposées sont généralement moins étendues et se limitent souvent au décès de l'emprunteur et à son invalidité totale et irréversible.

Enfin, il est possible de profiter de la loi Lagarde pour opérer une délégation de l'assurance du prêt relais. Autrement dit, il est possible d'assurer le crédit relais ailleurs qu'auprès du prêteur. Dans les faits cela sera assez difficile à négocier car le prêt relais est un produit financier qui comporte un certain risque et s'assurer auprès du prêteur représente une forme de reconnaissance de la part de l'emprunteur. Pour en savoir plus sur les assurances emprunteur et notamment faire la différence entre les contrats de groupe et individuels