Sénior : quelle épargne pour sa retraite ?

Publié par le 28 juillet 2015

Depuis que son âge légal a reculé, la retraite est devenue une préoccupation pour bon nombre de Français. Comment s'y préparer financièrement ? Quelle épargne choisir pour l'anticiper au mieux ? Petit tour d'horizon des plans d'épargne existants en fonction des différentes situations.

Le Plan d'Épargne Retraite Populaire ou PERP

Plan d'épargne sur le long terme, le PERP est un produit qualifié de « tunnel », il permet de se constituer un capital et de le toucher une fois l'âge de la retraite atteint. Les fonds engagés sont capitalisés puis se voient convertis en rente lors de la liquidation des droits. Les intérêts perçus viendront alors compléter le montant de la pension retraite. Il n'y aucune condition d'âge pour souscrire un contrat de la sorte. Pour ce faire, il suffit de faire les démarches auprès d'une institution de prévoyance, d'une mutuelle ou encore d'une compagnie d'assurance. L'épargne engagée peut néanmoins être perçue et ce, dans plusieurs situations : invalidité, décès du conjoint, surendettement ou encore fin des droits aux allocations chômage.

Le PERCO : Plan d'Épargne Retraite Collectif

Produit collectif mis en place au sein d'une entreprise, le PERCO permet aux salariés du secteur privé de se créer un complément de la pension de retraite. Le principe est de cotiser tout au long de sa vie et de toucher une rente une fois la carrière arrivée à son terme. Là encore, c'est un produit d'épargne dit « tunnel » car les sommes engagées restent bloquées jusqu'à la retraite. Les versements effectués sur un plan d'épargne de la sorte proviennent soit de versements volontaires, soit de la participation ou l'intéressement du salarié.

Le contrat Madelin

Le contrat Madelin est un autre plan d'épargne qui concerne les travailleurs non-salariés et non agricoles tels que les commerçants, les artisans ou encore les dirigeants d'entreprise. Il fonctionne de la même sorte que les autres épargnes citées précédemment : le souscripteur verse une cotisation régulièrement et se constitue ainsi un capital sur le long terme. Ce dernier sera accessible au moment de la retraite et viendra compléter la pension perçue. Le montant des versements n'est cependant pas libre, mais modulable en fonction des années. Une fois l'épargne débutée, il n'est plus possible de s'arrêter avant la retraite. Autre point important, les cotisations sont déductibles du bénéfice imposable.

L'alternative de l'assurance-vie 

En marge des contrats d'épargne existants, l'assurance-vie peut également être envisagée. L'assuré peut choisir la somme qu'il va engager, son capital a de fortes chances de fructifier et le mode de versements s'adapte en fonction des possibilités, l'assurance-vie dispose donc de sérieux atouts. Si bien qu'aujourd'hui, elle se hisse à la tête des placements « préférés » des Français.

Source : www.radiancehumanis.com