Comparateurs : les propositions du CCSF pour améliorer la transparence

Comparateurs : les propositions du CCSF pour améliorer la transparence

Publié par le 18 mai 2012

Mandaté par l’ex-ministre de l’économie, Christine Lagarde, le comité consultatif du secteur financier (CCSF) vient de publier son avis, issu de plusieurs réunions de travail avec les dirigeants des principaux sites comparateurs d’assurance dommages en France (Assurland, Hyperassur, LeLynx...). « Les comparateurs d’assurances ne sont pas toujours identifiables comme tels par les internautes, en particulier du fait que certains sites internet se présentent sur des moteurs de recherche comme comparateurs alors qu’ils ne proposent de comparer qu’un nombre très limités de contrats voire, dans certains cas, les contrats proposés par un seul assureur », observe le CCSF.

Présentation claire

Il énonce plusieurs principes de base, que les comparateurs sollicités se sont engagés à respecter ; ils pourraient même cosigner une charte commune, applicable par tous les comparateurs. En matière d’information des internautes, le CCSF recommande, par exemple, que la présentation du comparateur sur les moteurs de recherche soit « claire, exacte et non trompeuse » et que les éditeurs de comparateurs d’assurance soient « transparents sur les liens économiques, y compris capitalistiques, qui les lient aux entreprises et intermédiaires d’assurance dont ils présentent les offres ».

Rémunération transparente

De même, le CCSF pointe la nécessaire transparence en matière de rémunération des éditeurs de comparateurs, de l’identité de leurs partenaires éventuels ou encore le besoin de clarté sur « le contenu ainsi que les limites des garanties (franchises, plafonds, exclusions de garantie) associées aux tarifs ». D’autres points dans l’avis du CCSF concernent la sélection des offres et la protection des données personnelles. Du côté des dirigeants de comparateurs interrogés, on se dit satisfaits du travail mené en « bonne intelligence » avec le CCSF.