Loi Hamon : les primes d'assurance vont-elles augmenter ?

Publié par le 3 mai 2013

Le projet de loi sur la consommation de Benoit Hamon a été présenté jeudi au conseil des ministres. Pour rappel, cette loi -si elle est adoptée- permettra à l'assuré de résilier à tout moment, et ainsi d'augmenter la concurrence sur le marché.

Loi Hamon : les primes d'assurance vont-elles augmenter ?
La loi concerne les assurances auto et les multirisque habitation. L'assuré n'aura pas à attendre la date d'échéance annuelle pour mettre fin à ses contrats. Le texte pourrait alors entrainer une hausse de la concurrence, bénéfique pour les assurés et aussi notamment pour les comparateurs d'assurances.

Craintes des assureurs

Les assureurs craignaient une augmentation du risque de défaut d'assurance et des fraudes à l'assurance si ce texte était adopté. Mais, la loi prévoit désormais d'obliger l'assuré de présenter des preuves de souscription à un autre contrat d'assurance avant toute autre résiliation. Autre argument des assureurs en défaveur de ce texte, la hausse des primes. Selon la FFSA (Fédération Française des Sociétés d'Assurances), la réforme provoquerait une hausse des primes, qui pourraient grimper de 11% contrairement aux idées reçues.

L'avis des comparateurs d'assurance est mitigé. Stanislas di Vottorio, fondateur d'Assurland explique que "Ce qui peut drastiquement faire baisser les prix après le passage de cette loi, c'est qu'il y ait un "shift" massif vers internet, mais je ne pense pas que ce soit le cas", avant d'ajouter que "A l'inverse, on fait rêver les gens en leur disant que le miracle c'est qu'ils peuvent changer d'assurance à tout moment, tout en faisant baisser les prix des cotisations. Mais les primes ne vont pas baisser ! Elles vont peut-être même augmenter, notamment à cause des investissements supplémentaires en frais de gestion et de commercialisation".

Tanguy Thévenet, Directeur général d'Hyperassur ajoute que "Bien sûr que ce texte va intensifier la concurrence. Cependant, l'assurance auto et habitation sont déjà des marchés bataillés et il n'y aura pas de baisse de primes significative". Selon lui, "les acteurs qui devraient le mieux s'en sortir sont ceux déjà bien placés en termes de prix, c'est à dire les assureurs directs, déjà présents sur internet".