VACANCES D’ETE ET ASSURANCES : le guide pratique et les conseils D’HYPERASSUR

Publié par le 9 juillet 2015

Cambriolages, locations de voitures ou de maisons, accidents ou pannes sur la route, maladies à l'étranger… Si les grandes vacances sont synonymes de bonheur pour la plupart des Français, elles peuvent comporter des risques. Hyperassur.com donne ses conseils pour partir l'esprit léger et surtout bien assuré. 

5 600 000 dossiers d'assistance auto (chiffre SNSA sur l'année 2014)

Selon les chiffres de la Prévention Routière, 60 % des Français prendront la route cette année pour se rendre sur leur lieu de vacances. Certains seront malheureusement confrontés à des sinistres automobiles.


A savoir en cas de panne sur la route des vacances :

  • Le remorquage est compris sous la forme d'un forfait, même dans une formule au tiers, mais certains contrats appliquent une franchise kilométrique qui en général ne prévoit pas le dépannage à moins de 50 km du domicile.

    Attention car les contrats tous risques ne prévoient pas forcément un dépannage même en bas de chez soi et le forfait dépannage n'est pas toujours suffisant pour régler la totalité de la facture.

  • Quelle que soit la gravité de la panne, il convient de n'engager aucune dépense sans l'accord de la compagnie.

    C'est elle qui décide d'assumer l'hébergement si elle estime que le conducteur et ses passagers peuvent attendre les réparations. Elle pourra aussi décider de la poursuite du voyage / retour au domicile. Dans ce cas-là, elle déterminera le moyen de transport le plus approprié (avion, train, voiture de location), et là encore la prise en charge sera soumise à des plafonds (par exemple, de catégorie et de durée dans le cadre d'une location de voiture).

  • Certaines formules peuvent proposer l'acheminement des pièces de rechange si celles-ci ne sont pas disponibles sur place, voire le rapatriement du véhicule si la panne survient à l'étranger. Les réparations du véhicule restent toujours à la charge de l'assuré.

  • Les dépannages pour crevaison, panne ou erreur d'essence, perte des clés ne sont généralement pas couverts par l'assistance.

A savoir en cas d'accident :

  • Même dans une formule au tiers, l'assurance assume les frais de remorquage sans franchise kilométrique. Elle évalue ensuite les responsabilités pour déterminer sa prise en charge des réparations, comme elle le ferait pour un accident dans le cadre d'un trajet domicile-travail.

  • Même dans une formule au tiers, l'assurance organise le rapatriement du conducteur et de ses passagers. Elle assure également les frais médicaux. Si le conducteur ou l'un de ses passagers est hospitalisé sur place, l'assurance peut prévoir la visite et le séjour d'un proche à ses côtés.

  • Quel que soit le sinistre, la convention d'assistance qui figure au contrat répertorie les cas où il est possible ou non de faire appel à l'assistance, les limites géographiques et temporelles de prise en charge, ainsi que les plafonds de remboursement et notamment ceux des frais médicaux. 


Location de voiture : plusieurs milliers d'euros de franchise à payer en cas de sinistre

La location d'une voiture pendant vos vacances n'implique pas seulement de rendre la voiture en temps et en heure et avec le plein. Si le contrat comprend d'office une responsabilité civile au tiers (souvent désignée sous le code LIS, elle couvre les dommages matériels et corporels causés aux tiers et aux passagers) les conséquences financières en cas de sinistre peuvent être importantes.

  • En cas d'accident non responsable, les dommages causés au locataire et ceux du véhicule seront pris en charge par l'assurance du véhicule responsable.

  • En cas d'accident responsable, les dommages du locataire peuvent ne pas être pris en charge et ceux du véhicule non plus. Cela vaut aussi pour le vol. Selon les termes du contrat de location et notamment des garanties dommages (CDW) et vol (TP), le locataire peut devoir au loueur plusieurs milliers d'euros au titre de la franchise.

  • Proposée la plupart du temps par le loueur lui-même contre un supplément journalier à la location, l'option rachat de franchise limite la responsabilité financière du locataire en cas de sinistre. Elle peut être totale ou partielle.

  • Elle aussi optionnelle, la garantie personnelle du conducteur (PAI) permet une meilleure indemnisation des personnes transportées et du conducteur en cas de sinistre.

  • Il est intéressant de se renseigner auprès de sa banque car la plupart des cartes de crédit haut de gamme disposent d'une garantie véhicule de location qui évite de prendre les assurances optionnelles. Il faut cependant régler la location avec cette même carte et vérifier les limites de durée, les limites territoriales et les véhicules exclus.


La location de vacances privilégiée par 70,6 % des Français (chiffre enquête MediaVacances.com)

Quelle assurance pour les propriétaires ?

Si la location saisonnière n'est pas comprise dans l'assurance habitation du propriétaire, celui-ci peut opter pour des garanties supplémentaires afin de couvrir les périodes de location :

  • La garantie « pour le compte de qui il appartiendra » : le propriétaire est couvert pour tous les dommages que le locataire pourrait causer au bien ou à autrui pendant la période de location. Cette garantie couvre également le locataire pour les mêmes choses.

  • La garantie « abandon de recours » couvre seulement les dommages causés au bien par le locataire.

  • La garantie « recours contre le propriétaire » permet au propriétaire de se couvrir contre les dommages que pourrait subir le locataire par manque d'entretien du bien.

Quelle assurance pour les locataires ?

Dans le cadre d'une location, le propriétaire exige souvent « une attestation de garantie villégiature» au locataire, que celui-ci doit demander à son assureur. Il s'agit d'une extension de sa multirisques habitation habituelle, et notamment de la responsabilité civile sur le lieu de vacances.

La plupart du temps, la garantie villégiature est comprise dans l'assurance multirisques habitation ou peut être proposée en option le temps des vacances pour une durée de trois mois maximum et en France seulement.


180 000 dossiers d'assistance médicale à l'étranger en 2014 (chiffre SNSA sur l'année 2014)

L'assistance à l'étranger, qui selon les contrats comprend le rapatriement de l'assuré et de ses proches, les frais médicaux à l'étranger et la garantie décès-invalidité, peut être prise en charge par différentes assurances (auto, habitation, cartes bancaires ou une assurance spéciale vacances). La vigilance s'impose, car chaque garantie prévoit :

  • Un plafond de remboursement, en général plusieurs dizaines de milliers d'euros pour la couverture des frais médicaux qui peuvent être très élevés selon les pays

  • Des exclusions comme certains pays jugés dangereux, tous les frais engagés avant l'appel à l'assistance ou sans l'accord de l'assistance, tous les actes médicaux engagés sans l'accord préalable du médecin agréé par l'assistance

  • Des options, la plupart des garanties sont valables une fois par an mais certaines formules peuvent vous couvrir pour plusieurs séjours dans l'année. Il est possible aussi d'augmenter les plafonds de remboursement selon les sinistres.

  • En général, les garanties sont valables pour des séjours à titre privé et d'une durée inférieure à mois

  • De bonnes assurances auto et habitation, et une carte haut de gamme sont parfois suffisantes. Il faut donc se renseigner auprès de son assureur et de son établissement bancaire avant de souscrire une assurance spéciale voyage.


340 000 cambriolages en 2014 en France (chiffre AFA)

Pendant les vacances d'été, les appartements et maisons laissées par leurs habitants deviennent la cible n°1 des voleurs. En cas de vol, la première chose à faire est de le signaler aux autorités en portant plainte.

Ensuite, il faut déclarer le vol à son assureur dans un délai de deux jours après la découverte du sinistre, par lettre recommandée, en joignant la preuve du dépôt de plainte. Puis il faut faire une estimation des biens dérobés dans un délai fixé au contrat et réunir tout ce qui pourrait justifier de leur existence (factures, garanties, photos). Ceci déclenche alors le passage d'un expert pour évaluer les circonstances du vol et le montant du préjudice.

En cas de vol, l'assurance habitation couvre :

  • Les biens mobiliers et les dégradations consécutives au vol

  • Les habitations suffisamment sécurisées par le propriétaire (dispositions au contrat) et qui n'ont pas été inoccupées depuis plus de 90 jours

  • Dans la limite d'un plafond par type de bien dérobé (meubles, objets dits sensibles comme une télévision, bijoux)

  • Dans la limite des exclusions prévues au contrat comme les biens entreposés à l'extérieur ou dans des dépendances, les objets de valeur non déclarés

  • En cas de sinistre, il faut voir si les indemnisations du contrat sont soumises ou non à une vétusté des biens (taux de détérioration des biens) et quel taux est appliqué par type de bien.