On vous refuse un crédit : quels sont les motifs et les solutions ?

Publié par le 10 septembre 2015

Nouvelle voiture, travaux importants à la maison ? Quelle déception si votre banque refuse votre demande de prêt pour financer votre projet personnel. Parce qu'il est difficile de faire le tri entre toutes les offres de prêts d'argent, il existe des solutions efficaces pour assumer vos dépenses. Voilà ce qu'il faut retenir. 

On vous refuse un crédit : quels sont les motifs et les solutions ?

Quelles sont les raisons d'un refus ? 

Aucun texte de loi n'oblige une banque à vous accorder un crédit. Pourtant, elle se doit de respecter certaines règles et elle a 2 mois pour vous communiquer une réponse.

Les refus sont toujours motivés par une des raisons suivantes :
- Inscription au Fichier National des Incidents de Paiements (FICP)
- Endettement trop élevé (Taux supérieur à 33%)
- Revenus insuffisants
- Situation professionnelle instable
- Historique bancaire marqué par des incidents
- Multiplication des crédits à la consommation

Comment réagir ? 

Si vous ne répondez pas favorablement à l'un de ces critères, votre dossier sera généralement éconduit. L'objectif est donc d'améliorer votre situation ou de renoncer à votre achat.
Aucune loi n'oblige une banque à vous communiquer les motifs de son refus mais généralement le conseiller prend la peine de vous expliquer. Il est pourtant possible de
demander quelques explications par écrit auprès de la CNIL. Cet organisme peut vous communiquer :
- Les commentaires inscrits dans votre dossier,
- Le score attribué à votre demande,
- Vos incidents de paiement.

Vous avez un droit de rectification et d'opposition si certains éléments sont erronés. Vous pouvez également saisir le médiateur de la banque ou celui de l'Association Française des Sociétés Financières si vous estimez le refus abusif.

Toutefois, si votre dossier est sans risque majeur, pas de panique ! Les conditions d'acceptation peuvent être plus ou moins souples selon les banques. Adressez-vous à plusieurs organismes et n'hésitez pas dans ce cas à comparer le coût de votre crédit. Il faut pour cela se référer au TAEG (taux annuel effectif global) qui prend en compte le taux bien sûr mais aussi tous les frais associés (frais d'inscription, frais de dossier, assurance).

Pour en savoir plus sur comment comparer les crédits conso

Gare aux arnaques 

Le nombre de personnes surendettées et fichées au Fichier National des Incidents de Paiements, a fortement augmenté. Pour trouver des solutions hors des institutions bancaires, elles n'hésitent pas à se diriger vers le crédit entre particuliers.
En France,
les prêts entre particuliers existent mais ils sont encadrés comme les crédits classiques. La loi exige qu'un prêt supérieur à 760 € soit officialisé par un acte de reconnaissance de dettes (preuve de la remise des fonds) et déclaré à l'administration fiscale.

Les arnaques au crédit explosent, internet en est le lieu privilégié, et touchent malheureusement des gens qui se trouvent déjà dans des situations difficiles. Méfiez-vous des propositions trop alléchantes ou des remises de sommes importantes en liquide.